Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 16:29
Ali Benouari

Ali Benouari

Le 1er Novembre 1954, des Algériens déterminés ont préféré risquer leur vie et leurs biens plutôt que de vivre dans l’indignité, le déshonneur et la misère. Cette date nous invite chaque année à mesurer le chemin que nous avons parcouru et à nous demander si nous avons respecté le serment des héros fondateurs de notre État. Plus d'un demi-siècle après, force est de reconnaître que le bilan est désastreux. Dans tous les domaines.

Il serait trop facile de rejeter la responsabilité de l’échec sur tels ou tels hommes en particulier. Car ils sont des milliers d’hommes à avoir servi le système et à s’en être servi. Il est plus honnête d’admettre que c’est le modèle de gouvernance Inauguré à l'indépendance qui en est largement responsable.

L’échec de ce modèle est visible à tous les niveaux : social, économique et moral, et ce, malgré les fabuleuses ressources financières dont nous avons pu disposer qui sont, non le fruit de notre travail, mais celui d’une nature généreuse, qui nous a abondamment fourni en pétrole et en gaz.

Quels sont au juste ces échecs et comment ont-ils pu se produire?

Comment pouvons-nous y remédier ?

Telles sont les questions que nous devons nous poser à chaque date anniversaire.

Il y a deux ans, le 1er Novembre 2013, j'avais annoncé ma candidature à l'élection présidentielle de 2014 afin, d'une part de faire prendre conscience au peuple algérien des enjeux fondamentaux de cette élection. Et en second lieu de lui indiquer, à partir d’une analyse lucide des échecs accumulés, quels sont les moyens qui lui permettront de reprendre en mains son destin et amorcer son redressement durable, sans violences ni effusion de sang. Parmi ces moyens, la mise en place d’un cadre démocratique occupait une place prépondérante.

J’exposais, dans mon programme, et de manière détaillée, les indispensables réformes politiques et institutionnelles à mener dès 2014. Ces réformes devaient amener des changements progressifs mais décisifs, pour mettre fin au système en place depuis 1962 et préparer l’avènement de la 2ème République algérienne, vraiment populaire et authentiquement démocratique.

Certains pensaient que la fraude était déjà annoncée et appelaient au boycott. J'étais de ceux qui pensaient qu’il ne fallait pas boycotter l’élection, quels que soient les risques de fraude. Car participer était une occasion de faire savoir au peuple qu'il y a une autre alternative pour le pays, préférable aux pseudo changements dans la continuité qu'on lui offre depuis l'indépendance.

La fraude a eu lieu, le régime a gagné quelques années de survie, mais l'ensemble du peuple algérien a été informé de ce qui se passerait au cas où Bouteflika serait reconduit pour un 4ème mandat.

Le travail d'éveil des consciences n'a pas cessé, depuis, grâce à quoi notre peuple sait maintenant que le 4ème mandat se terminera par un effondrement sans précédent des conditions de vie de nos concitoyens et l'enterrement, peut être définitif, du rêve des pères fondateurs de la Révolution algérienne. Ce rêve était de construire un État souverain, libre et prospère.

J’ai aussi essayé de créer un parti à même de porter le programme que j'ai présenté au peuple algérien, Nida El Watan. Mais le Pouvoir n'a pas permis que je dépose le dossier de ce parti, ce qui est une violation sans précédent d’un droit constitutionnel. Ce parti se structure néanmoins progressivement, en Algérie et au sein de notre communauté vivant à l'étranger. Un jour, il pourra se présenter devant les électeurs algériens, fort de la légitimité que lui refuse aujourd'hui le pouvoir illégitime en place.

Depuis le 1er Novembre 1954, Le monde a changé et l'Algérie aussi.

Le nouveau contexte et les enjeux régionaux et internationaux

Depuis 1962, la planète a rétréci et les bouleversements qu’elle a connus sur tous les plans ont relativisé le concept même de Souveraineté. Un pays aussi vaste que le notre ne peut pas exercer sa souveraineté de la même manière qu’autrefois. Les enjeux deviennent économiques et se mesurent en termes d'influence régionale.

La position géo-stratégique de notre pays lui donne de nouveaux droits et lui impose de nouveaux devoirs, qu’il ne peut feindre d’ignorer ou d’oublier. Vis à vis de sa population comme de vis à vis de ses voisins immédiats et de ses partenaires du Nord de la Méditerranée et de la Ligue arabe, avec lesquels nous lient des Accords de libre-échange contraignants.

Son mode de gouvernance et la façon de gérer ses relations régionales et internationales conditionnent davantage sa sécurité que l’importance de ses moyens militaires.

L’Algérie ne comptait que 9 millions d’âmes à l’indépendance, essentiellement rurales, pauvres et illettrées. Sa population a quadruplé depuis, avec plus de 80% d’algériens nés après l’indépendance.

Nos dirigeants, dont la moyenne d’âge dépasse 70 ans, affirment que nos jeunes ne sont pas prêts. Mais ils oublient qu’eux mêmes sont arrivés au pouvoir à l’âge de 20-25 ans.

Le programme que défend Nida El Watan consiste à permettre aux algériens de construire un État fort. Fort de sa capacité à créer de la richesse, de sa diversité, et d'institutions qui assurent à sa population de vivre librement et dignement. En paix avec eux mêmes et avec leurs voisins. La lutte continue, même si le Pouvoir en place n'a pas accepté de changer les règles du jeu et de céder les rênes du pays à une classe politique plus jeune et plus capable.

Un pouvoir qui maintient en place un modèle de gouvernance qui date d’avant la guerre du Vietnam, de l’époque de la guerre froide entre les blocs soviétique et occidental. Celle de Khroutchev et Kennedy !

Le peuple n'est plus dupe du jeu de ce pouvoir, jeu, qui consiste à mettre en avant les mêmes arguments, à savoir le danger de l’islamisme, celui du désordre public, et celui du désordre "démocratique", qui nous exposeraient au danger de connaitre la même situation que la Libye, l'Irak ou la Syrie.

Un véritable chantage qui est destiné à paralyser les justes et légitimes revendications des Algériens, Mais qui se retournera contre ses auteurs car le peuple étant devenu mature et conscient.

On ne peut pas lui cacher, par exemple, la destruction de la plus grande partie du potentiel de développement du pays, qui menace l'existence même de l'Etat algérien. Ce potentiel, ce sont des décennies de retard de développement et 1000 milliards de dollars qui se seront évaporés au terme du quatrième mandat de Abdelaziz Bouteflika. Une manne historique, qui nous manquera cruellement au moment où nous devrons entamer le redressement du pays. Les réformes à engager ne pourront pas être financées, tant elles sont profondes et coûteuses.

Il nous faudra, dans ces conditions, non seulement retrousser les manches, pour redémarrer de zéro, à partir du champ de ruines laissé par l'ancien Système, mais encore convaincre la population de revenir au train de vie qui était le sien il y a un demi-siècle...

Des sueurs et des larmes en perspective, que seul un pouvoir authentiquement démocratique pourra exiger d'un peuple habitué au confort et à la facilité. Il faudra, dans les dures conditions qui nous attendent, vraiment aimer notre pays pour accepter d'assumer des charges politiques. Il n'y aura rien à gagner, à part la satisfaction d'accomplir son devoir.

Ali Benouari

Partager cet article

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Opinion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog de Kamal Guerroua
  •  Blog de Kamal Guerroua
  • : Blog ayant pour intérêt la préparation au changement en Algérie
  • Contact

Recherche

Liens