Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 12:24

It is impossible to show solidarity with the people of Egypt while arming and supporting the tyranny oppressing them, but this is the hypocrisy at the heart of western foreign policy.

Gerard Silvere/Demotix. All rights reserved.

The crackdown in Egypt has intensified over recent weeks, with the arrests of human rights activists and the passing of repressive new 'anti-terror' laws. The new legislation has been condemned by Human Rights Watch, which describedit as “a big step toward enshrining a permanent state of emergency,” and Amnesty International, which said it would effectively ban the rights to freedom of expression, peaceful assembly and association.

Unfortunately, the new laws, which give even greater powers to the military and police, haven't come out of nowhere. They are all too typical and consistent with the authoritarian rule of the Sisi regime and the Egyptian authorities.

In August 2013, following the overthrow of the Morsi government, the Egyptian military, led by Sisi in his capacity as then-defence minister, killed over 1000 activists. The killings, which three quarters of Egyptians blame on Sisi himself, established the oppressive rule of the military. This was followed by what Amnesty International has described as "a surge in arbitrary arrests, detentions and harrowing incidents of torture and deaths in police custody" and a corrupt‘election’ in which Sisi ‘won’ the presidency with over 96 percent of the vote.

The military coup and its aftermath was condemned by the international community, with the US calling for an end to the attacks and cancelling joint military operations. They were joined by the UN Secretary General who calledfor a restoration of democracy and an end to the violence. Countries like the UK followed suit, with David Cameron calling for a "genuine democratic transition" to take place.

The tough talk was followed by the announcement of an EU arms embargo, but it was a lot weaker than the lofty rhetoric suggested.

The embargo called for member states to suspend licences for arms that may be used for internal repression and to re-assess export licences for military equipment and review their security assistance to Egypt. However, the so-called embargo was not legally binding and was left open to the interpretation of individual states. There were no time limits on the restrictions, and nor did it have any clear definitions for what it meant by the terms "suspension" or "equipment, which might be used for internal repression".

Almost inevitably it was ignored, with arms sales resuming almost as soon as the attacks were out of the media (a case of what some activists call "arms control by embarrassment.") If we are to look at the UK as an example then it becomes clear how weak and ineffective the embargo was. In August 2013, the UK suspended 49 licences for arms to Egypt. However, only two months later 24 of these suspensions were lifted, with only seven being fully revoked and arms sales resuming almost straight away.

The US had announced its own embargo, which was a bit stronger, but was also very quickly diluted. Within nine months the government was back toexporting Apache helicopters to the regime, and nine months after that it announced that its embargo was being scrapped altogether, with $1.3 billionworth of arms being authorised on the same day.

The rhetoric about human rights has continued, but actions speak louder than words. In February 2015 France announced that it had confirmed the sale of €5 billion worth of fighter jets to Egypt. Similarly, the UK was back to licensing big ticket items; with over £40 million worth of components for military combat vehicles in March 2015. Since then Egyptian military representatives have attended the UK's Security and Policing arms fair at the invitation of the UK government, and David Cameron has invited Sisi for talks in London later this year. Egyptian representatives are also likely to be in attendance at DSEI, the world’s biggest arms fair, when it takes place in London next month.

It has been two years since the Egyptian crackdown began, and the chances of anybody being held responsible for the crimes and abuses that have taken place look very slim. Both the Egyptian government and the International Criminal Court have refused to investigate them and there is little international pressure for them to do so.

In theory Egypt is supposed to be hosting parliamentary elections later this year, although they have already been suspended from their original date in March and, if the 2014 ‘election’ that cemented Sisi’s rule is anything to go by, they are unlikely to be free or fair. Recent months have seen a rise in activity from ISIS and other extremist organisations, with one car bomb wounding 29. The likely response will be even greater repression and the further consolidation of Sisi’s rule.

Of course the issue goes wider than Egypt. This is only the most recent manifestation of the hypocrisy that lies at the heart of western foreign policy. Ultimately politics is about choices. It is impossible to show solidarity with the people of Egypt at the same time as arming and supporting the tyranny that is oppressing them.

The first step has to be an end to arms sales to the regime and an end to the political support bolstering it. The uprisings of 2011 were fuelled by a desire for human rights and democracy, a desire that has not gone away, but that is being suppressed by a cruel, authoritarian government and ignored by those propping them up.

ANDREW SMITH

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 12:21

Je reviens dans cet écrit sur le concept de la culture et ce qu'il représente de «force catalyseuse » contre toutes les formes de discriminations. Pourquoi ai-je choisi ce sujet? C'est en constatant l'état alarmant des droits de l'homme dans certaines régions de notre planète que j'ai décidé d'y fixer mon regard.


En ces ères de crispation civilisationnelle entre Orient et Occident, islamisme et modernité, Tiers-Monde et monde dit "libre", sphère du Sud et celle du Nord, l'anathème dévastateur de "tous dans le même sac" passe au grand dam des peuples pour l'ultime recours de ceux qui fabriquent d'en haut, les idéologies régressives de masse. Le déni, sous quelque forme qu'il soit, des réalités sociales, cultuelles, culturelles, éthiques et autres de ce "monde divers" empêche toute révolution des esprits. On dirait que tout le monde a eu la tête à l'envers à force de ne plus regarder à l'endroit. Le relâchement des énergies de "l'engagement associatif progressiste" ces dernières années a fait peser dans nombre de pays un péril fondamental sur la cohérence sociale et l'avancement des libertés. L'état des lieux laisse à désirer : où qu'ils soient les précaires sociaux, dévorés par l'indigence matérielle et gagnés par un profond somnambulisme, ne se sont jamais réveillés des effets de "l'anesthésie" à laquelle l'ont exposé les dominants. Quant à ceux que je qualifie personnellement de "marginaux aculturels", c'est-à-dire, ceux qui n'ont pas eu le privilège d'accéder à l'école et à l'enseignement moderne, ils sont sans cesse rongés par des détresses sociales interminables et un analphabétisme qui les tirent vers le bas.

On vit, hélas, dans un monde où ces choses-là paraissent encore aller de soi. S'en rendre compte n'est cependant pas se complaire à on ne sait quelle manie d'autodénigrement mais c'est se prêter avec intelligence au défi de la résistance. J'aime ce mot : résistance. Résistance contre la haine, résistance contre la sous-culture, résistance contre la peur et surtout résistance contre la ridiculisation de l'autre. Car, l'altérité est notre image dans le miroir du monde ou pour parler comme le poète Rimbaud (1854-1894) "je est un autre". Or, "il n'y a rien de plus résistant qu'un rocher mais comme il ne dit rien, les oiseaux lui chient dessus", dit le dicton malgache. Autrement dit, la résistance, c'est la libération du mot, de la parole, de la culture, des imaginaires sociaux en veilleuse, de la créativité individuelle et collective, etc. Ce qui fait, d'une manière ou d'une autre, défaut dans le conglomérat des sociétés modernes! Pour preuve, si les sociétés du monde sous-développé ont un problème avec "la liberté d'expression" à cause des régimes de terreur, celles du monde développé se confrontent à un vrai casse-tête, en rapport avec les multiples freins posés à "la liberté de penser/pensée" par des systèmes financiarisés à outrance. Sans doute, former et éveiller les consciences afin qu'elles ne se laissent pas facilement subjuguer par les discours démagogiques de toutes sortes ressort du fait culturel. Or, en situation de vulnérabilité "émotionnelle", les masses consomment sans ingérer la «doxis» ou la potion du "politiquement correct";, c'est-à-dire, du "culturellement stupide".

Ainsi par exemple, Dylan Roof, ce jeune Américain de 21 ans aura-t-il fièrement arboré en juin 2015 sur les réseaux sociaux l'écusson de l'Afrique du Sud et de l'ancienne Rhodésie (actuelle Zimbabwe) à l'époque de l'Apartheid sans être inquiété par quiconque. Notons dans ce cas précis comment les médias influent négativement sur les consciences moyennes en les induisant en erreur. Et puis, quelques jours après, l'énergumène, poussé par sa haine viscérale du noir, aura fait feu sur les paroissiens de l'église "Emanuel", principalement fréquentée par la communauté noire de Charleston (Caroline du sud), tuant sur le coup neuf fidèles à bout portant. Mais pourquoi ce déchaînement intempestif de haine? Rétrospective: à vrai dire, l'exploitation des peurs raciales nées de la désagrégation des années 1960-1970 a eu un considérable impact sur la qualité du vivre-ensemble aux Etats-Unis. L'épidémie du Crack (un genre de stupéfiants) dans les "inner cities", équivalent des banlieues françaises à cause du désœuvrement forcé des jeunes a dégénéré en un sentiment d'insécurité permanent. Le revers de médaille: Plus de 60%des détenus dans les geôles américaines sont des noirs ou des hispaniques (voir à ce sujet le Monde du 20 juillet 2015). Un afro-américain sur 35 et un latino sur 88 y purge actuellement une peine d'emprisonnement. De même, au moins un enfant afro-américain sur 9 a un parent en prison : un désastre quoi! Si l'on regarde bien en arrière, on trouve que le surgissement des mouvements progressistes comme celui des Droits civiques et "Black Panthers"; dont les figures de proue sont Malcom X, Martin Luther King et Angela Davis, d'affiliation culturelle avec Nina Simone a joué un rôle prépondérant dans les années 1960 pour la lutte contre les discriminations raciales mais que la cadence s'est ralentie nettement depuis. L'association humanitaire "Black Lives Matter" (les vies noires comptent) créée deux ans avant les événements tragiques de Ferguson en a pris le relais. Mais cela semble très en deça des attentes. Bien qu'elle ait poussé la sonnette d'alarme pour alerter l'opinion publique américaine et internationale sur ces dépassements inacceptables survenus sur le sol de l’hyperpuissance planétaire, rien de concret n'a eu lieu. Néanmoins, ce cri de cœur de ces artistes de "freedom fighters" (les combattants de la liberté) est devenu, en un laps de temps très court, un slogan de ralliement pour toute la jeunesse antiraciste américaine. Un mouvement qui se veut désormais radical, multiracial, transgenre et profane.

C'est dire aussi que la vulgate esclavagiste, pourtant aujourd'hui périmée, a ressuscité en pulsion de revanche portée par des loups solitaires avant d'être massivement adoptée par des vieux régimes aux réflexes rétrogrades. Le tropisme trop exclusivement européocentriste ou occidentaliste, les louanges destinées au blanc civilisé, la prétendue supériorité de certaines races sur d'autres, les partis pris racoleurs et sensationnalistes dont une impression du déjà-vu colonialiste s'est déjà fait sentir forment encore «le gisement symbolique" des clichés liés à la discrimination. En fin de course, la vérité de l'Histoire (la fin de l'apartheid), si elle a triomphé, aura de nos jours la lourde charge de passer sous les fourches Caudines de la manipulation pour survivre. Pour cause, l'esprit un peu trop végétatif, les dominés s'injectent par doses successives et suggestives le «modus operandi» des dominants.

L'opinion de ces derniers, au mieux apitoyée, au pire méprisante de tout ce qui ne forme pas partie de leurs intimes conceptions prend l'ascendant sur toutes les valeurs cultuelles, culturelles rationnelles des autres. Ce qui écœure le bon sens et provoque des sentiments plutôt négatifs. Or, seule la culture permet la forclusion de la logique, la raison et surtout l'ordre. Et c'est uniquement à cette échelle-là que se dissipe l'angoisse existentielle et s'installe évident, magique et créateur le calme (le zen confucéen à l’origine de l’épanouissement humain). La culture naît, en effet, d'une réaction spontanée à l’encontre des contraintes de la vie et ses injustices. Elle est, à proprement parler, l'attitude de "l'honnête homme" face à son univers. En d'autres termes, une création vivante qui cristallisera cette "usine de rêves" dont aurait parlé un certain André Malraux (1901-1976).

Et, bien entendu, quand on rêve, on saute les barrières et notre imaginaire conquiert des espaces de plus en plus vastes. Ainsi deviendrait-on comme des cerfs-volants en quête d'exutoire à nos inquiétudes. Il est cependant certain que les barrières ne cherchent pas toutes à forger des limites ou des contours mais parfois aussi à bâtir en vrai ce rêve d’émancipation. Car elles invitent à l'aventure de la révolte. Les limites sont, au fait, l'électrochoc qui résonne au cœur d'une société sclérosée par ses impasses. Elles la poussent à prendre son envol, en analysant avec justesse son monde intérieur, à elle. Pour ce faire, cette société a besoin du savoir "il convient d'aller chercher le savoir, fût-ce jusqu'en Chine" proclame la tradition prophétique musulmane. Certainement, un savoir pur, réel, sérieux, sans fioritures, pas un savoir de circonstance, dénudé de son essence. Bien évidemment, on peut juger de bien des façons le développement d'une société quoique l'unique critère valable pour en jauger sa maturité soit : la connaissance.

Cependant, je ne nourris pas personnellement grand espoir quant au présent état des choses dans cette société mondiale pourtant hyperconnectée et dont la technologie prime. Et pour cause, le 21 mars dernier, Sâadia Mosbah, présidente de l'association M'nemti est sortie de ses gonds "A Djerba, dit-elle, les fichiers d'Etat civil des noirs portent encore la mention "affranchi par". Puis, dans un sursaut de révolte, la plaignante déplore le fait même qu'en signe de mépris un cimetière leur est spécialement réservé en ce XXI siècle à Mahdia (ville côtière à 250 km de la capitale Tunis) ! (Jeune Afrique, n° 2830 du5 au 11 avril 2015). Au Maroc, encore moins en Algérie, la communauté subsaharienne dont des masses humaines de plus en plus grandissantes y affluent, s'en servant comme escale de transit pour l'eldorado européen, endure souvent mauvais traitements, délits de faciès, marginalisation, etc. Dans les pays du Golfe, l’esclavage de la main d’œuvre asiatique par les émirs enturbannées s’est révélé un mot de passe largement en usage jusqu'au point où les institutions sportives mondiales, certes par remords de conscience, aient mis un point d'honneur à le signaler au Qatar, futur organisateur de la coupe du monde de 2022. Dont, rappelons-le bien, 94% de force du travail (étrangère bien sûr) est excessivement exploitée! En hexagone (pays des droits de l'homme et du citoyen), les banlieues sont le théâtre d'une discrimination quasi systématique. Celles-ci sont devenues, faute de perspectives et d'horizons, le terreau de la délinquance et surtout une plaque tournante du terrorisme transnational. Le Premier ministre socialiste Manuel Valls reconnaît même "un apartheid territorial, social, ethnique, etc.) ! Enfin, la vitalité culturelle n'est, semble-t-il, pas au menu de ces démocraties vieillissantes, encore moins chez ces pays en retard démocratique qui pâtissent de la mauvaise gouvernance. Or, le constat est partout sans appel : sans culture citoyenne instructive, égalitaire et juste, les maux finissent par flotter à la surface. C'est la règle de l'histoire.

Kamal Guerroua

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 12:20

« La question n'est pas, aujourd'hui, de savoir qui va remporter cette bataille au sein du pouvoir. Il faut surtout se demander si la situation ne risque pas de dégénérer, pour devenir incontrôlable ».

Un ancien général du DRS, chargé de la lutte antiterroriste, mis en détention dans des conditions opaques; un ancien chef de maquis terroriste annonce son intention de lancer un parti; une ministre qui ne maîtrise pas l'arabe classique voudrait introduire le dialectal à l'école ; le prix du pétrole, qui tient tout le pays par le ventre, continue de plonger; le gouvernement n'a pas encore décidé si le pays est en crise ou pas: l'Algérie, de cet été 2015, semble chavirer. Elle n'est plus en mesure d'apprécier les faits de manière lucide, ni d'agir de manière raisonnée. Elle a perdu tous ses repères, à un point tel qu'il faudrait se demander si elle a, encore les ressorts et la possibilité de se ressaisir lorsqu'une opportunité sera offerte.

Les errements du gouvernement, face à la crise, n'émeuvent plus personne. C'est, désormais, admis : l'exécutif n'est pas taillé pour affronter les difficultés du pays. On n'en attend pas des solutions, on souhaite juste que ses maladresses, ses mauvais choix et son absence de choix n'aggravent pas la situation. Car en termes de mauvais choix, le gouvernement s'est révélé en véritable virtuose. Que vaut, aujourd'hui, la proposition de M. Amara Benyounès de mettre en place des bons pour la distribution de carburant? Que devient son projet de mettre en place des licences d'importation ? Ces absurdités constituaient, il y a quelques mois, une politique gouvernementale. Apparemment abandonnées, elles sont, aujourd'hui, la risée des économistes et des spécialistes du Commerce.

LE POIDS DU GOUVERNEMENT DEMEURE ANECDOTIQUE

Ces mesures ne sont pas évoquées parce que leur promoteur a quitté le gouvernement, mais parce que le gouvernement qui les a étudiées et avalisées admet, implicitement, leur absurdité. Mais dans ce que prône le gouvernement, aujourd'hui, de très nombreuses démarches sont, tout aussi, archaïques. Ainsi, le ministre des Finances Abderrahmane Benkhalfa espère, grâce à des incantations, attirer l'argent informel vers les circuits officiels.

De son côté, M. Sellal annonce une réduction drastique des investissements publics, mais affirme, dans le même temps, sa prétention de parvenir à un taux de croissance de 4.6%, supérieur à celui de 2014 !La plupart de ses ministres affirment que leurs secteurs ne connaîtront pas de restrictions. Cette cacophonie confirme bien que s'il y a des ministres, il n'y a pas de gouvernement. Il n'y a pas une politique élaborée, avec une démarche cohérente et des objectifs déterminés. Du reste, le gouvernement n'est plus en mesure d'influer sur le cours des choses. Ses décisions restent, souvent, sans impact réel.

Mais malgré leur gravité, ces dysfonctionnements, côté gouvernement, apparaissent comme anecdotiques face à ce qui agite le cœur du pouvoir. Là, une guerre sourde, destructrice, sans règles, oppose des forces opaques, pour des enjeux de pouvoir sans lien avec les intérêts du pays. Seul un aspect de cette guerre est apparent, et il est, particulièrement, inquiétant. Des institutions dont la vocation est de vivre dans une discrétion totale sont, publiquement, exposées, leur organigramme évoqué dans les discussions de café, et les titulaires des principaux postes jugés à l'aune de leur appartenance clanique ou régionale. Tout ceci, dit-on, a pour but d'éjecter un homme des cercles du pouvoir. Pour y arriver, des pans entiers des services spéciaux sont liquidés, selon la logique américaine du tapis de bombe : pour abattre un homme, on rase le quartier, et si ça ne suffit pas, on rase la ville.

ABSENCE DE POUVOIR

Cette furie est l'un des résultats de l'absence de pouvoir. Jusque-là, le pays a toujours eu un pouvoir, plus ou moins légitime, plus ou moins contesté, mais c'était un pouvoir exercé et assumé. Le détenteur de ce pouvoir était accepté, et les autres cercles faisaient preuve d'une certaine discipline. Cela permettait, au pays, de fonctionner de manière, plus ou moins, cohérente. En cas de crise, des cercles de médiation et de concertation existaient, et des arbitrages étaient assurés.

Depuis la maladie du Président Bouteflika, ce centre de pouvoir n'existe plus. Désormais, il n'y a pas un pouvoir, mais des pouvoirs, éparpillés, émiettés. Le chef de l'Etat n'est plus en mesure d'exercer son pouvoir, mais il refuse de voir un autre centre de pouvoir émerger et prendre le relais. C'est sa seule garantie de rester en poste. Il freine des quatre fers, et tente, peut-être, de pousser à la porte celui qu'il considère comme la principale menace, le faiseur de rois, rab dzayer. M. Bouteflika doit savoir de quoi il parle, car c'est grâce au général Toufik Mediène qu'il est arrivé à la présidence.

La question n'est pas, aujourd'hui, de savoir qui va remporter la bataille en cours. Il faudrait plutôt se demander si la situation ne risque pas de devenir incontrôlable, et combien de temps le pays peut encore fonctionner, en dehors de la constitution et en dehors des institutions.

A.Charef

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 12:14

Après l'obsédante question de «où va l'Egypte?», relayée par tous les médias du monde suite au marathon postrévolutionnaire du Caire ponctué de violentes vagues de fond, vient maintenant le tour d'une autre problématique, très complexe celle-là : le képi du maréchal Abdelfettah Al-Sissi enterrera-t-il à jamais les quelques velléités démocratiques, nées dans le giron du Printemps arabe ou posera-t-il, au contraire, la pierre à une Égypte nouvelle, moderne, progressiste, plurielle et démocratique?


En vérité, à l'inverse de l'organisation islamiste des frères qui, elle, crie à la trahison et à la révolte, presque tous les Egyptiens voient dans la personne d'Al-Sissi, militaire de son état, le seul homme capable, du moins dans les circonstances actuelles, d'empêcher la chute de leur pays dans les abîmes. Les masses préfèrent en fait sa poigne de fer à la mollesse des élites corrompues, embourgeoisées et déconnectées de leur vécu quotidien. Mais est-ce un critère suffisant pour prétendre qu'il est l'homme qu'il faut à cette Égypte, aujourd’hui fragile, de 90 millions d'habitants prise en étau entre une crise économique difficile, des ambitions occidentales de plus en plus envahissantes et un foyer régional en pleine ébullition ? Et de l'installer en plus dans l'imaginaire collectif des masses en tant que héros ? N’aurait-on pas peur par exemple du retour de la dictature sous les habits de la légitimité ou d’autres motifs qui tiennent en particulier au rôle joué par ce «raïs» dans le processus de mise en marche des institutions de l'Etat? Et puis comment se fait-il que cette même Égypte revienne à l'étape initiale dont elle s'est pourtant bien efforcée de sortir ? L'essentiel est, paraît-il, que le scénario à l’algérienne est évité de justesse. On n'en sait pas trop. Ce qui est uniquement sûr après tout est que l'opinion publique, atteinte de déceptions et de fatalisme de l’ère Morsi, tend à croire aux mirages du militarisme et à la thèse sécuritaire.

Car, même sans grand charisme, le maréchal est comparé par les classes populaires, les couches moyennes, les hommes d'affaires, les technocrates, les libéraux, les intellectuels, les nassériens, les coptes et même certains milieux salafistes, aux éminentes figures de l'histoire tels que Nasser, Napoléon, ou le général de Gaulle. Autrement dit, un mythe moderne dont l'aura du «sauveur» de la république ne cesse de s'élargir. Lequel a pu, en outre, rétablir l'ordre après tant d'anarchie et de tiraillements entres tas tendances en lutte et aux intérêts conflictuels (les frères islamistes, les laïcs révoltés du square Al-Tahrir, les affidés de l'ancien système de Moubarak, les coptes, etc). Reste la réaction des jeunes révoltés qui, ayant pris dès l'intronisation d’Al-Sissi à la magistrature suprême du recul face au cours de événements, emprisonnés pour certains ou simplement malmenés par les forces de l'ordre, observent la scène avec autant de circonspection et surtout d'un œil très inquiet s'interrogeant si vraiment ce militaire qui a pourtant, en début de 2013, hésité à prendre le pouvoir, puis s'est empressé de s'en emparer fera l'affaire de tous. Et parler du lointain slogan «du pain et de la justice» du 25 janvier 2011! Que du pipeau! Cela ne vaut absolument aucun sens face à la menace terroriste grandissante exploitée et agitée comme un danger imminent par la nouvelle nomenclature cairote. L'intervention musclée de l’Égypte au mois de février dernier dans l'est libyen contre les unités de Daesh a été une démonstration de force en appui à cette dynamique. Le maréchal tente de se repositionner sur l'échelle régionale après 3 ans de léthargie (abandon des négociations avec le F.M.I entre 2011 et 2013) sur fond de troubles et de rejet unanime de la confrérie islamiste, surfant à l'occasion sur la vague internationale de la lutte anti-djihadiste qui préoccupe en premier lieu les chancelleries occidentales. Celles-ci sont en train de peser le pour et le contre concernant leur soutien aux autorités égyptiennes (la France et la Grande-Bretagne en particulier). Quant aux Américains, ils n'ont pas changé de cap depuis qu'ils ont suspendu leur aide militaire à l'armée égyptienne suite au coup de force mené contre l'ex-président Morsi.

Barack Obama et ses conseillers au bureau ovale de la Maison Blanche y ont vu un flagrant délit anti-constitutionnel quoiqu’ils se soient refusé depuis à tout commentaire ou attitude ouvertement hostile par rapport aux rebondissements ultérieurs. Cela découle peut-être de l'esprit du «New Beginning», le fameux discours du Caire en 2009 où Barack Obama semble donner plus d'importance à la volonté des peuples de s'autodéterminer. Et puis, comme il ne lui reste pas assez de temps en tant que président des U.S.A, il tente de se restreindre à une certaine neutralité positive au bénéfice de lui-même et du camp démocrate. Mais au-delà de ces questions de stratégie, l’Égypte est dans l'impasse parce qu’économiquement très atrophiée. Présentement, elle a besoin de 300 milliards pour se remettre en marche correctement. Un énorme chiffre qui dénote de l'appauvrissement relatif sinon progressif des couches moyennes.

Conscient de l'impact des troubles du Printemps arabe sur l'économie touristique, les fortes baisses des revenus du canal du Suez, le déficit public, le chômage endémique, etc, le raîs fort de son élection du mois de mai 2014 a saisi l'opportunité de la conférence pour le développement de l’Égypte tenue le mois de mars dernier, à Charm-el-Cheikh pour convaincre les investisseurs étrangers du retour de la stabilité et de la solidité des institutions. D'autant que les donateurs du Golfe qui ont, rappelons-le bien, été d'un grand secours à l'époque où Morsi était aux commandes (24,8 milliards de dollars d'aide sous formes d'investissements directs) sont peu fiables.

La raison principale en est que la donne géostratégique a viré en défaveur des islamistes. A ce titre, l’Arabie Saoudite, les Emirates Arabes Unis, le Qatar, le Koweït et même la Turquie qui étaient parties prenantes du processus démocratique égyptien sous Morsi s'efforcent, à l'heure qu'il est, de le rester en prêtant à l’Égypte d'Al-Sissi et en la forçant à augmenter les prix des carburants. Chose qui aurait pu soulever l'ire des populations n'était-ce l'intervention de l'armée in extremis pour assurer le relais en période de grève des prestataires de services. C'est pourquoi, lors du sommet de la tripartite en juin à l'issue duquel a été signé l'accord du libre-échange entre 26 pays africains (des contrats d'investissement de plus de 36 milliards de dollars, dépassant de loin les 15 à 20 milliards espérés auparavant), le maréchal aurait tenté dans un souci d'autonomie de dévier son axe économique vers l'Afrique. Un message du refus clair dirigé aux oligarchies du Golfe. En gros, il semble que dans la logique d'Al-Sissi le renversement de Morsi est loin d'être un meurtre moral de la démocratie, bien au contraire, il a agi, laisse-t-il entendre, en bon militaire, amoureux de son pays, adepte de l'ordre et de la discipline. Les Egyptiens et la communauté internationale seront-ils prêts cautionner cette idée ? Les années qui viennent nous en donneraient probablement un début de réponse.

Kamal Guerroua

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 12:10

Dans son discours de la rencontre du gouvernement avec les walis, le Premier ministre Abdelmalek Sellal a adressé un message politique à l'opposition, notamment ceux qui demandent l'organisation d'élections présidentielles anticipées.

Celui qui veut devenir président n'a qu'à attendre la fin du mandat d'Abdelaziz Bouteflika, a-t-il lancé à l'intention de tous ceux qui spéculent sur l'abandon du pouvoir avant terme du locataire d'El Mouradia. Ce dernier l'a fait savoir, d'ailleurs, dans un long discours, lu en son nom, à l'occasion de la fête de l'indépendance nationale : il a confirmé, d'abord, qu'il ira jusqu'au bout de son mandat, mais qu'il sera, désormais, plus à l'écoute de l'opposition qu'il a, en quelque sorte, « réanimée ».

Le président de la République a ainsi invité l'opposition, comme la majorité présidentielle, à nouer un « pacte moral » pour sortir le pays de la crise et renforcer la démocratie. Il a appelé tous les opposants politiques à tirer les leçons du passé, notamment celles marquées par les années du terrorisme pour, a-t-il dit, « nourrir notre pluralisme politique, associatif et syndical, de joutes nobles autour de programmes alternatifs ».

Autrement dit, Abdelaziz Bouteflika a suggéré aux partis de l'opposition et leurs affidés de respecter « la déontologie démocratique ». Le message était, de l'avis des observateurs, destiné aussi à tous ceux qui, parmi la classe politique et leurs relais dans les médias, n'ont eu de cesse de tout critiquer, et surtout de le critiquer. A ce propos, un des chroniqueurs du Quotidien d'Oran s'est penché sur le sujet en s'interrogeant : « l'Algérie est, probablement, le seul pays au monde qu'on critique et qu'on dénigre avec ses gouvernants et où l'on traite sa représentation nationale de tous les qualificatifs, que ce soit en public ou en privé, sur les réseaux sociaux, dans la presse, les cafés ou les salons de coiffure, peu importe où, sans que l'on risque quoi que ce soit ! L'Algérie est-elle pour autant un pays démocratique, a-t-il dit ? Dans un sens oui et largement, a-t-il répondu ! Un pays où on tape sur tout, y compris le président de la République qui, depuis sa réélection, est soumis, faut-il le dire, à un matraquage incessant. Un bashing ! Du «punching-ball», aurait affirmé Abdelaziz Bouteflika bien avant ses ennuis physiques, ajoutant dans la foulée «que cela ne changera pas pour autant son opinion sur la presse en général».

Mais alors le bashing, c'est quoi finalement ? Le terme signifie littéralement « dénigrement ». Et en anglais, le verbe « to bash » veut dire frapper, cogner. Bref, le bashing, c'est l'art de se défendre en dénigrant quelqu'un, ou quelque chose. Lorsque cela est fait par voie de presse ou sur les réseaux sociaux, on peut aller jusqu'à dire qu'il s'agit d'un véritable lynchage médiatique collectif ! Celui d'un homme, le président de la République en l'occurrence, qui pourtant, dès sa première élection, a parlé de « réconciliation nationale » et de « concorde civile » et, avant même de constituer son gouvernement, il a fait voter par les deux Assemblées une loi accordant un pardon gradué à des dizaines de milliers d'Algériens séduits par le « fondamentalisme islamique ».

Et chaque jour qui passe montre que le président de la République a eu raison d'engager le pays dans cette voie : «la paix dans les cœurs hâtera la paix sur le terrain !», s'est-il dit !

Les Algériens étaient, globalement, sous le charme : après les Chadli, Kafi et Zeroual, c'est-à-dire après 20 ans de morosité et de langue de bois, voilà enfin un président, se sont-ils dits, qui sait parler, discourir en arabe aussi bien qu'en français, un leader qui renvoie aux Algériens une image positive d'eux-mêmes et qui renoue le fil d'une histoire interrompue !

La parole présidentielle avait, alors, envahi la télévision, les radios, les journaux, en boucle, pratiquement non stop : ce que va faire Bouteflika, ce que dit Bouteflika, les projets de Bouteflika…Pour l'Algérien lambda, ce qui comptait le plus, c'est que le pays retrouve la sécurité après toutes ces années noires et les drames qui ont suivis !

Depuis, si beaucoup a été fait, beaucoup reste aussi à faire pour le président de la République à l'entame de son 4ème mandat. Son discours a toutefois évolué puisqu'il est allé jusqu'à reconnaître à l'opposition, qui a demandé son départ pour cause de santé, « un rôle positif dans la construction de la démocratie en Algérie ».

Et dans la foulée, il a confirmé qu'il mènera son mandat jusqu'au bout en déclarant : « Vous avez été nombreux à m'interpeller pour que je poursuive la mission dont vous m'avez honorée à trois reprises. J'ai répondu à cet appel, acceptant ce sacrifice, malgré ma condition physique actuelle. Je m'attellerai à accomplir ce devoir avec l'aide de Dieu, conformément au mandat que m'a confié la majorité de notre peuple ».

D'aucuns pensaient que cette intervention du chef de l'Etat allait mettre un point final aux attaques dont il était l'objet de la part notamment de ceux qui, dans l'opposition, exigeaient la tenue « d'élections président-ielles anticipées ». Que nenni, même si beaucoup se sont lassés à force de répéter cette demande qui n'avait aucune chance d'aboutir, encore moins d'être admise pour tous ceux qui ont porté leur voix sur le candidat Abdelaziz Bouteflika.

Aujourd'hui, même si Louisa Hanoune a fait sienne, à la surprise générale, cette « exigence », les manchettes agressives à l'égard du pouvoir et partant du président de la République séduisent moins qu'avant ! L'opinion nationale est maintenant convaincue que « les menaces et les périls qui guettent le pays poussent la nation à souder ses rangs et à faire front ! ».

Et le président de la République n'a eu de cesse de le rappeler, comme il a fait à l'occasion de la journée internationale de la femme, dans un message lu en son nom : « Nous avons tous observé que la dynamique interne de certains peuples, pourtant épris de démocratie, de liberté et de dignité, qui se sont laissés instrumentalisés par des intervenants étrangers, n'ont eu d'autres résultats que des souffrances, on ne peut plus douloureuses et ravageuses. Le peuple algérien ne tombera pas dans le piège du printemps arabe ! ».

Aujourd'hui, avec la chute du baril de pétrole, le « Bouteflika-bashing » est encore utilisé par de nombreux journaux en quête de lectorat : c'est une méthode efficace pour vendre du papier. Le concept est facile, il suffit de dénigrer le président, d'étaler son portrait et lui imputer tous les échecs pour que la une des journaux rencontre un réel succès ou, pour le moins, attire le chaland ! Mais comme on l'a dit supra, ce « succès » s'amenuise à force de tirer sur la corde de la redondante histoire « d'élections présidentielles anticipées » qui ne passionne que ceux de la CNLTD.

Certains journaux ont, tout de même, pris la mesure de la lassitude de leurs lecteurs et ont trouvé la parade avec cette austérité annoncée ou, pour reprendre la terminologie du Premier ministre, la « rationalisation des dépenses » qui affole les chaumières. C'est normal. C'est même très bien surtout quand la parole est donnée aux experts. Ce n'est pas généralement le cas pour tous les titres de presse qui, sous prétexte de crise économique, intentent au président et à l'exécutif qui est chargé de mettre en œuvre son programme, un procès en « immobilisme ». Pour eux, ceux qui sont au pouvoir sont nuls. Quant aux réformes, elles ne vont pas assez vite ! ».

Et Hamid Grine, le ministre de l'Information, aura beau appeler de ses vœux la presse à plus de « responsabilité », il n'y a rien n'à faire, certains journalistes n'en ont cure. L'un de ces derniers résolument installé dans l'opposition à ceux qui nous gouvernent et éminente plume de la corporation, vient de signer une contribution dans laquelle il s'adresse aux experts pour leur dire « qu'il n'est plus l'heure de continuer de proposer des solutions de sortie de crise et que la seule issue réside dans le départ de ceux qui sont au pouvoir et principalement Abdelaziz Bouteflika ! ».

En démocratie d'opinion, ceux qui prétendent justement faire l'opinion posent en préalable qu'il faut avant tout « démolir » le pouvoir en place. Il faut dire aussi que certains ont « des comptes personnels » à régler avec lui.

Est-ce une spécialité algérienne ?

Non, à l'évidence, puisqu'en France, par exemple, tout gouvernant plongé dans l'impopularité provoque automatiquement un débordement d'esprit critique chez les commentateurs.

Le « Hollande bashing » est aujourd'hui plus virulent et plus répandu dans les médias que le « Sarkozy bashing » qui avait coûté à ce dernier sa réélection.

Le Point, par exemple, avait réussi un beau coup en titrant, dès le 17 mai 2012, « Fini de rire ! », ce qui a valu à l'hebdomadaire de bondir de 85.000 exemplaires vendus à 155.000 ! Il a récidivé avec « Pépère, est-il à la hauteur ? » (88.000 exemplaires). Il y a aussi l'insolent « Monsieur faible ! » de l'Express qui a coûté plusieurs points dans les sondages pour François Hollande, même si l'hebdomadaire n'a pu vendre que 63.000 exemplaires, comme si l'opinion, largement désabusée, devenait de plus en plus insensible aux jeux politiques.

Il est vrai qu'aujourd'hui, les Algériens jouent à se faire peur. Une atmosphère morose s'est emparée du pays. Les jeunes perdent espoir et les plus vieux sont résignés. Nous attendons tous le choc social ultime qui semble inévitable. Pourtant, nous pouvons l'éviter en faisant vite et bien, même si le package est complexe : il comprendrait des aspects macroéconomiques, des politiques de développement humain, la modernisation managériale, la libération des initiatives -surtout privées- et une panoplie d'instruments techniques (taux de change, système d'information national etc). La déclaration est d'Abdelhak Lamiri, expert économique qui joint ainsi sa voix à tous ceux qui ne désespèrent pas de ce pays, même si les « déclinologues » de tout bord pensent que ce sont eux qui ont raison !

On peut tout de même s'interroger : pourquoi tant de haine ? Comment expliquer un tel alarmisme ? Est-ce le signe d'un sincère souci pour le bien-être de l'Algérie ? Ou l'expression d'une éternelle rivalité politique entre tenants du pouvoir et opposants, par médias interposés ?

Où mène, en définitive, la bashing politique ? A la dépréciation de la politique générale, affirme-t-on ! Déprécier, c'est ce qui reste quand, à partir de deux ou trois dépêches d'agences, on « pond » huit mille signes avec du goudron et des plumes !

Enquêter, investiguer, analyser sérieusement, ça ne paye pas le prix du papier et ça ennuie le lecteur !

On est en droit de s'interroger : pourquoi les médias vont toujours dans le sens de la démesure et de la provocation ?

Tout simplement parce qu'un certain nombre de lecteurs ou téléspectateurs des chaînes privées (Ennahar et Echourouk notamment) aiment ça ! Il y en a même qui interviennent sur les réseaux sociaux où le net a ouvert au bashing un nouveau champ d'action qui permet ainsi à un grand nombre de personnes de participer, dans l'anonymat, au lynchage collectif !

Et les partis politiques ? Où sont-ils déjà, s'est exclamé un éditorialiste qui pense qu'ils ont déserté la scène car incapables de débattre en ces moments de crise de sujets essentiellement d'ordre économique. Pour être plus précis, a commenté le journaliste, de sciences économiques. Cela ne s'improvise pas : on connait ou on se tait !

Puis, peut-être, comme pour donner un autre sens au mutisme de ceux qui ont fait de la politique leur métier, le même journaliste avance une autre hypothèse : ce silence des partis sur l'effondrement des prix du pétrole relève d'un souci patriotique, un signe de rassemblement et de cohésion nationale.

Une sorte de trêve dans l'intérêt de la Nation !

C. Ali

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 12:36

Anthropologue britannique, professeur et chercheur associé à la “School of Oriental and African Studies” (École des études orientales et africaines) de l'Université de Londres, spécialiste reconnu de la zone sahélienne, Jeremy Keenan raconte dans cet article (dont nous reproduisons des extraits), la guerre qu’a livrée le DRS du général Médiène, dit Toufik, au clan Bouteflika afin d’empêcher Saïd Bouteflika, le jeune frère du président, d’arracher la succession.

Selon lui, la guerre aurait peut-être débouché sur un accord selon lequel Mediène «prendrait sa retraite» suivi aussitôt par Bouteflika pour raisons de santé, et le pays serait gouverné jusqu’aux élections de 2014 par un ou des Vice-président(s) nommé(s) quelque temps avant le départ de Bouteflika.

Auteur du livre "The Dark Sahara: Americas War on Terror in Africa" (Sombre Sahara: la guerre de l’Amérique contre le terrorisme en Afrique), Jermy Keenan a notamment affirmé, il y a quelques mois, que c'est la Sécurité militaire algérienne qui a conduit la France dans le fiasco de son opération militaire du 22 juillet au Mali, destiné à sauver l'otage Michel Germaneau.

..................................................................

Septembre 2010 marque le vingtième anniversaire de la prise de fonction du plus ancien «chef des services de renseignement» en poste dans le monde. L’homme en question est le Général Mohamed «Toufik» Mediène, Directeur du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) algérien.

Il a été nommé à la tête du DRS en septembre 1990, 15 mois avant que les «Généraux algériens» ou le «Groupe» comme on les appelait à l’époque, et dont Mediène, alors colonel, faisait partie, annulent les élections qui auraient permis de porter au pouvoir le premier gouvernement islamique jamais élu démocratiquement.

Être le chef des services de renseignement et de la sécurité de l’un des régimes les plus impitoyablement répressifs et corrompus au monde pendant 20 ans relève de l’exploit. Felix Dzerzhinsky, le fondateur de la Tcheka qui deviendra plus tard le KGB, a dans les faits «contrôlé» l’Union Soviétique pendant neuf ans (1917-1926); Lavrenti Beria, chef du NKVD, l’a terrorisée pendant 15 ans (1938-1953); le chef de la police d’Hitler, Heinrich Himmler, s’est suicidé au bout de 11 ans (1934-1945), quant au Général Hendrik van den Bergh, il a dirigé le Bureau of State Security (BOSS), les services de renseignement du régime de l’apartheid en Afrique du Sud, pendant 11 ans (1969-1980). Mediène les a tous surpassés.

Pourquoi alors, juste au moment où Mediène atteint ce jalon extraordinaire, entend-on des rumeurs concernant sa mise à l’écart imminente de la scène politique ?La réponse tient en quelques mots : lorsque le chef du renseignement et de la sécurité d'un pays fait la une de l’actualité, il y a fort à parier qu'il a fait son temps. Au cours des neuf derniers mois, on a beaucoup parlé de Mediène, principalement à cause de la lutte qui l’oppose à Abdelaziz Bouteflika depuis l’élection de ce dernier pour un troisième mandat présidentiel en avril 2009. «L’homme fort» de l’Algérie.

Pour comprendre cette lutte, il faut revenir quelques années en arrière. Mediène a gravi les échelons de la hiérarchie sur un «tapis rouge»[i] : il a été formé par le KGB en 1961 et soutenu par les chefs du premier service secret algérien.

Pendant les années 90, lorsque l’Algérie était plongée dans sa «sale guerre» contre les islamistes, l’homme le plus puissant du pays était le Général Mohamed Lamari, chef d’état-major de l’armée algérienne. Mais lorsque le pays a renoué avec la paix et que les chars ont regagné les casernes, c’est Mediène qui est devenu «l’homme fort» du pays.

La transition de la «guerre» à la «paix» et l’ascension de Mediène ont coïncidé avec la période entourant l’élection de Bouteflika à la Présidence de la République en 1999.

Les faiblesses personnelles de ses semblables, telles que la propension à la corruption et les penchants sexuels, ont été des éléments fondamentaux dans la manière dont Mediène a exercé le contrôle. Il n’est donc pas surprenant que l’élément qui a décidé Mediène à accorder son soutien à Bouteflika en 1999 ait été la condamnation de ce dernier en 1983 dans le cadre d’un détournement de fonds des chancelleries algériennes, pour un montant total correspondant à 23 millions de dollars actuels, pendant qu’il était ministre des Affaires étrangères entre 1965 et 1978.

Mediène est devenu «l’homme fort» incontesté de l’Algérie après les élections présidentielles d’avril 2004 et le limogeage inattendu de Mohamed Lamari qui a eu lieu quatre mois plus tard. Le complot qui a conduit à la mise à l’écart de Lamari comprenait un accord entre Bouteflika et Mediène visant à donner une nouvelle image de l’Algérie en écartant le général le plus haï à cette époque. Une fois Lamari parti, Bouteflika et Mediène se sont effectivement partagé le pouvoir pendant que le Général Smaïn Lamari (aucun lien de parenté avec Mohamed), l’adjoint de Mediène et chef de la Direction du contre-espionnage (DCE) faisait le «sale boulot».

Des ambitions grandioses. Mediène est un homme extrêmement secret. Une seule photo de lui a été publiée et quasiment aucune de ses paroles n'ont été enregistrées. On suppose donc que son ambition de prendre le contrôle effectif du pays, si c’est bien de cela dont il s’agit, remonte à l’époque du départ de Lamari. (…)

Signal d’avertissement

Les difficultés actuelles du «Dieu de l’Algérie» ont commencé avec l’élection de Bouteflika pour un troisième mandat en avril 2009. En effet, un troisième mandat présidentiel exigeait d'amender la Constitution, mesure que le DRS a soutenue à contrecœur.

Mais les conséquences de l’élection n’ont pas été celles que Mediène avait prévues. A peine Bouteflika a-t-il été installé dans le fauteuil de son troisième mandat que son «clan», conscient du mauvais état de santé du Président, a commencé à planifier sérieusement sa succession qui devait être assurée par son frère cadet, Said Bouteflika. Bien que considéré par beaucoup comme un incapable, Said Bouteflika était néanmoins en train d’établir une base de pouvoir politique. Il était devenu le «portier» du Président, assurait des fonctions de ministre-sans-portefeuille et rassemblait des soutiens parmi l’élite économique du pays. On parlait même d’un nouveau parti politique qui allait être créé pour lui.

La perspective d'une telle succession dynastique n’était pas exactement ce que le chef des renseignements et de la sécurité avait en tête lorsqu’il avait donné son feu vert au troisième mandat de Bouteflika.

Mediène observait l’avancée de Said sur le devant de la scène avec dégoût. Bien que le DRS se sente tout à fait capable de gérer le «problème de succession», Mediène était conscient du risque que Bouteflika essaye de se débarrasser de lui au cours de son troisième mandat comme il l’avait fait avec Lamari au début de son deuxième mandat.

Le signal d’avertissement est parvenu à Mediène lorsque Said Bouteflika s’est adjoint pour sa campagne les services de l’ancien chef de la sécurité, le Général Mohamed Betchine.

Betchine avait été le chef des services de renseignement du pays et patron de Mediène dans les années 80, avant la création de la DRS en 1990, lorsqu’il a en apparence pris sa retraite.

A la suite de leur coup d’État de janvier 1992, les Généraux ont gouverné pendant les deux années suivantes par l’intermédiaire du Haut Comité d’État (HCE). Au moment de la dissolution du HCE en janvier 1994, les Généraux ont désigné un de leurs hommes au poste de Président, Liamine Zeroual. Déterminé à ne pas être le pantin des Généraux, Zeroual a nommé, en tant que conseillers, les deux Généraux Saidi Fodil et Mohamed Betchine.

En 1996, Zeroual avait décidé que Mediène était devenu trop puissant et avait programmé de le remplacer par Fodil. La réaction de Mediène ne s’est pas fait attendre : Fodil mourut dans un «accident de la route»(…)
La réaction de Mediène à la perspective de voir Betchine ramené au pouvoir par Said Bouteflika a été dévastatrice. Sa stratégie a consisté à détruire toutes les personnes liées à Said Bouteflika en utilisant la bonne vielle combinaison «corruption – chantage». En effet, l’une des raisons qui avait poussé Mediène à soutenir Bouteflika en 1999 et qui a fait que la corruption est devenue si répandue au cours des dix dernières années est que le DRS l’a encouragée et l’utilise comme moyen de contrôle.

Chasse aux sorcières

Mediène a commencé par dévoiler la corruption touchant le projet d’autoroute est-ouest, d’un montant de 12 milliards de dollars, à laquelle furent mêlés le ministère des travaux publics et son ministre Amar Ghoul, un ami de Said Bouteflika. L’avertissement n’a pas été entendu. L’attaque de Mediène, qui rappelle son opération de «destruction» de Betchine en 1998, est donc passée à la vitesse supérieure et s’est dirigée à la fois contre la Sonatrach, le géant du gaz et du pétrole algérien appartenant à l’État et source de 98 % des rentrées de devises de l’Algérie, et contre Chakib Khelil, ministre de l’Énergie et des Mines, ami proche du Président et «symbole» de l’ère Bouteflika.

Le «scandale de la Sonatrach», qui a éclaté en janvier 2010 avec l’arrestation du PDG de la société, de quatre de ses cinq vice-présidents ainsi que d’autres cadres supérieurs a très rapidement conduit l’économie et le gouvernement dans un état de quasi paralysie. Bouteflika n’est presque plus apparu en public tandis que la chasse aux sorcières menée par le DRS, sous couvert de l’enquête sur la corruption au sein de la Sonatrach, a fait perdre le sommeil à de nombreux membres des élites économiques et politiques du pays.

A un moment donné, il a semblé que Bouteflika parviendrait à retourner la situation contre Mediène en désignant une «Commission de sécurité indépendante» destinée à enquêter sur certains dossiers non résolus datant d’époques antérieures.

La commission a notamment cherché à déterminer le rôle joué par le DRS dans les assassinats de Mohamed Boudiaf, le premier Président du HCE, et de Saidi Fodil.

Deux témoins de haut rang, l’un étant membre d’une unité spéciale du DRS impliquée dans les assassinats de Boudiaf et Fodil et l’autre, officier militaire de haut rang qui a confirmé l’existence de cette unité secrète du DRS, ont confirmé dans leurs déclarations que cette unité, sous le commandement des Généraux Mediène et Smaïn Lamari, avait organisé «l’accident de voiture» qui a coûté la vie à Fodil.

Nous ne saurons probablement jamais quels sortilèges ont été jetés sur Bouteflika après la publication de ces témoignages mais il suffit de dire que l’on n’a plus jamais entendu parler de cette commission. Le remaniement ministériel opéré par Bouteflika en mai 2010 portait en filigrane la trace du scénario vainqueur de Mediène. Chakib Khelil et le ministre de l’Intérieur Nouredine «Yazid» Zerhouni, les deux principaux appuis de Bouteflika au sein du gouvernement, de même que d’autres ministres de moindre importance, ont été limogés. La proposition de donner la succession à Said Bouteflika est devenue de l’histoire ancienne.

Victoire à la Pyrrhus

Le fait que Mediène ait réussi à réduire le troisième mandat de Bouteflika à une présidence factice aurait pu lui procurer une certaine satisfaction personnelle, mais cette victoire est une victoire à la Pyrrhus pour au moins deux raisons.
Premièrement, le scandale de la Sonatrach et l’exposition médiatique qui en a découlé ont coûté très cher à l’économie et à la réputation internationale de l’Algérie. Deuxièmement, un certain nombre d’autres révélations inattendues au cours des deux derniers mois ont été la cause de problèmes particulièrement malvenus pour Mediène. Ces révélations proviennent essentiellement d’entretiens récents accordés à Quds Press par l’ancien agent du DRS, Karim Moulay. (...)

En outre, le nombre croissant d'articles indiquant qu’AQMI au Sahel a été créé de toutes pièces par le DRS suscite un certain malaise à Washington. Là encore, le blâme revient à Mediène.

Sur le plan intérieur, on estime que le DRS est mis sous pression, peut-être par des éléments au sein de l’armée et de ses propres rangs, par le fait que le «terrorisme» dans le nord du pays est susceptible d'empirer, et non de régresser comme le prétend le gouvernement, et que les troubles civils à travers le pays atteignent des niveaux alarmants.

Des rumeurs indiquent que des tierces parties intermédiaires auraient parlé avec Mediène et Bouteflika et conclu un accord selon lequel Mediène «prendrait sa retraite» suivi de près par Bouteflika pour raisons de santé, et le pays serait gouverné jusqu’aux élections de 2014 par un ou des Vice-président(s) nommé(s) quelque temps avant le départ de Bouteflika. L’Algérie vit au rythme des rumeurs et celle-ci ressemble étrangement à celle du printemps 2001 selon laquelle les troubles Berbères mettraient fin à la carrière de Mediène.

Mais en 2001, Mediène a été sauvé, à deux reprises, par les attentats du 11 septembre. La première fois parce qu’en ce jour fatidique, il se trouvait dans la partie du Pentagone qui n’a pas été touchée. La seconde fois parce qu'il est immédiatement devenu un allié incontournable de Washington dans sa «guerre globale contre le terrorisme».

Il est peu probable que Washington essaie de lui venir en aide aujourd'hui. Après tout, c’est en grande partie grâce aux erreurs du DRS que nous avons été en mesure de dire que le front du Sahara-Sahel dans la «guerre globale contre le terrorisme» est une création américano-algérienne

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 12:28

L'été 2015, un été comme les autres et pas comme les autres. Inaugure-t-il le bas culement miraculeux tant attendu ou le caviar servi au condamné à mort avant de l'exécuter ? Dans le doute, on flotte entre pessimisme et optimisme, bercé par les médias formatés par les génies de la manipulation : « si tu es intoxiqué c'est de ta faute ; si tu es un bougnoul c'est de ta faute, si tu patauges dans ta merde c'est de ta faute, si un séisme t'enterre ou une mer t'engloutit c'est de ta faute, si ton mari crève dans un accident ou ta femme meurt en couches c'est de ta faute, si ton gosse meurt de cancer ou d'intoxication c'est ton mektoub… Si le pays est beau et admiré par tous c'est grâce à qui ? S'il n'est pas la Syrie encore moins la Libye c'est grâce à qui ? Si les enfants se sont amusés avec des toboggans, manèges et fiesta à gogo c'est grâce à qui ? Si tu remplis ta poubelle plus que ton estomac à faire saliver affairistes et mendiants étrangers c'est grâce à qui ? Si l'Algérie est le chouchou de la France et des USA réunis c'est grâce à qui ? Si le bled est le pays arabe le moins maboul c'est grâce à qui ? Quand on fabrique un bougnoul heureux ou malheureux, il faut toujours s'en méfier. L'ingratitude et la violence y sont inscrites automatiquement. On ne prend pas la place de Dieu sans risque.

Quand la chienne met au monde ses petits, la première chose qu'elle leur inculque dès qu'ils ouvrent leurs paupières c'est de ne pas salir leur environnement. C'est instinctif, l'immédiat vital doit être propre. Jamais, la saleté qui gangrène le pays ne nous est apparue aussi morbide que cet été 2015 avec la canicule et le regard des émigrés qui voit l'anormal dans le normal. Ils ont appris à comparer. A chaque photo souvenir le charme est lézardé par la lèpre. Monsieur Poubelle a inventé la poubelle, plus d'un demi-siècle après la colonisation de l'Algérie, pour nettoyer les rues de Paris dont il était le préfet. Les impôts, c‘est pour des rues propres et sereines. Certes, en Algérie, il y a des lieux d'exception, mais ils sont ou trop isolés pour être pollués ou occupés par ceux qui sont supposés assurer le bien-être de toute la communauté. Pourquoi « élire » un maire, nommer un wali, payer des gendarmes et des policiers, ouvrir des écoles, se dire humain civilisé, si la chienne est pourvue du reflexe vital qui nous est interdit. Pasteur affirmait que l'important ce n'est pas le microbe, mais le terrain. Nos autorités, analphabètes ou pas, le savent bien. Il suffit d'admirer le siège de la wilaya, celui de la mairie, de n'importe quelle administration bien en vue, ces mirifiques résidences où les jardiniers et les éboueurs à longueur de journée captent le grain de poussière et les mauvaises herbes avant qu'ils n'apparaissent. A la fabrique des bougnouls, les poumons respirent au cœur d'une décharge. Les psychologues le savent : les premiers signes de la dépression c'est quand le malade néglige les soins les plus élémentaires d'hygiène. Il n'y aura jamais d'enquêtes pour savoir l'impact psychologique de cette gangrène chronique qui envahit nos villes, nos villages, nos bourgades, mais c'est certain, personne ne sort flâner à l'air libre, à part le clochard et le mendiant. Le plastique nous étouffe et la nature ne sait détruire que ses propres déchets.

On aurait pu vendre les sachets en plastique comme en Europe pour diminuer leur flot, c'est simple et rentable. Que faire ? Si ceux qui sont payés pour un boulot ne le font pas, s'ils sont trop puissants pour céder leur place, il faut sans doute se résigner au volontariat. Mais être volontaire nécessite un minimum de goût pour la vie, de clarté d'esprit et une liberté d'action. Pour le moment, le bougnoul accuse son voisin, son frère, ses parents, ses enfants, son conjoint et le mauvais œil de l'étranger de salir sa poubelle. On se souvient de cet ancien responsable étonné de la panique de la Régence quand Riad el Feth faisait la joie des jeunes algérois. Que dire d'une terreur suscitée par le volontariat d'une jeunesse sans la volonté du pouvoir ? Aux déchets, il faut ajouter toutes les autres calamités non naturelles devenues naturelles. Pourtant, soyons honnêtes, l'Algérie a réussi deux choses : l'interdiction de marcher pour faire tomber un régime et la couleur des blouses à l'école. Contradiction d'un peuple censé avoir le pouvoir et mendier une autorisation pour marcher. Quant au sexe de l'élève, le rose et le bleu sont là pour éviter la catastrophe de les confondre. Le problème avec ces couleurs c'est qu'en cas de tache, on ne peut les mettre dans de la javel. En tous les cas, c'est la seule reforme réussie de l'école qui ambitionne aujourd'hui d'introduire la langue populaire. On voit bien que les enfants des responsables n'ont jamais fréquenté l'école publique. Complètement déconnectés ou heureuse diversion ? A l'image du genre à l'école ou du mariage pour tous de la gauche française. Pour éviter de parler des vrais problèmes occupons-les avec le meilleur des leurres : le sexe. La « derja » trône comme une sultane sans harem dans nos maisons, nos rues, nos administrations, nos écoles, elle ne feint de céder sa place que face à la caméra. Elle existe déjà en tant que langue orale dans les classes ; pour preuve, l'incapacité des petits et grands à s'exprimer correctement en arabe classique et en français. A moins que la ministre de l'Education prévoit d'enseigner les matières en cette langue. On lui souhaite le courage des Israéliens qui ont ressuscité leur langue morte, l'hébreu, ou les Japonais suivis des Chinois qui ont réussi à séduire l'Occident avec leur impossible alphabet. Pitié pour la langue maternelle, l'école algérienne a déjà esquinté les deux poids lourds : la langue du Coran et la langue de Molière. Quand on pense que le Qatar se vante de posséder un lycée français au nom de Voltaire. Il faut se méfier quand une femme est nommée à un poste prestigieux en Algérie où elle est suffisamment codée pour ne pas inquiéter. Un peu comme les barbus quand ils mettent les femmes en avant lors d'une manifestation ou d'une attaque de l'armée… C'est curieux ce déphasage monstrueux entre les dominants et dominés, malgré les moyens de communications. C'est vrai que même l'internet made in bled a ses coupures. Des fils pourris partout même pour l'eau, l'électricité, les moteurs… les neurones des administrateurs et administrés. Le Figaro a prédit la chute du pétrole jusqu'à 20 dollars en expliquant que les stocks coûtent cher à l'Oncle Sam. À ce prix là, quel prix va payer le bougnoul ? A défaut d'une boule de cristal, on se contente de voir ce qui se passe ailleurs. Quand la mafia est aux commandes, elle ne recule devant aucune rente. Le danger ne viendra pas de la révolte des parias qui sont trop fatigués, trop abrutis, trop déchirés. Les émirs au Sahel pourtant si près des mamelles des puits sont devenus millionnaires en euros sans y goûter. C'est simple, leur or noir c'est la marchandise humaine qui ne connaît aucune pénurie, aucune chute de valeur. Des suceurs de sang, le vrai, des dévoreurs de chair fraîche vont réapparaître pour compenser l'or de l'or noir : pickpockets, détrousseurs de bus, vols, agressions, kidnapping, traite, etc. Ils y sont timidement, ils vont prendre de l'audace simplement. Non que nous soyons maudits nous les Algériens, mais c'est comme cela que ça se passe partout. La crise mondiale de 2008 a bien multiplié le nombre de milliardaires et de misérables. Que dire quand des millions d'êtres humains sont entre les mains d'une poignée de vampires depuis près de 3 générations avec pour milices l'armée et la police ? Ni le père ni le grand-père ne pourront guérir le jeune du double traumatisme. Sans parler du militaire qui malgré les armes sophistiquées continuent à payer de son sang la Repentance de ses bourreaux. Sans parler du plus proche, le policier. Lui qui a payé le prix fort au début de la décennie noire comme la femme.

On constate que tous les deux ont changé… radicalement. Ce n'est pas l'agression qui fait le plus de mal, c'est la solitude qu'elle engendre, c'est l'obligation de ne pas se plaindre, de baiser la main qui agresse pour sauver des lambeaux de peau. On estime à un million les enfants traumatisés durant cette infernale période, des enfants qui ne sont plus des enfants aujourd'hui, mais qui doivent avoir mis au monde pas mal de rejetons à l'ombre de la Reconciliation qui ne semble profiter qu'aux coupables.

Mimi, M.

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 09:55

is the title of Susan George’s (as usual) brilliant analysis of the banking situation after the US banking 9/11, the 2008 crash (published by Transnational Institute in Amsterdam). If the West had freedom of the press the analysis by a leading expert on these matters, and her suggestions for remedies, would have been on media everywhere with detailed interviews. But, alas.

Picking one point among many: the operation of the European Central Bank to extend credits; at a generous 1%. In a Union of 28 states, we might imagine, directly to member states with problems. Not at all, directly to banks, from them to states; at, for instance, 6%. In other words, the more miserable the situation in a country, the more will banks and their top boards, CEOs and some functionaries be thriving. This is EU oligarchs feeding EU oligarchs, not direct credit to states to cover pensions and salaries of civil servants (yes, there are still servants around, and many of them are civil).

At the same time most, not all, of the problems in the GIPSI countries–Greece-Italy-Portugal-Spain-Ireland–can be traced to their oligarchs having enriched themselves at the expensive of the rest. Protected by their media, in Greece by media fighting Syriza and Tsipras, let alone his brilliant finance minister–among other things simply too bright for the ECB-IMF-EU. The commentariate focus on what they understand, leather jacket, motorbike, no tie, not on his important words. What a shame, what a disgrace to EU public, to democracy; transforming it into oligarchy. Bancocracy.

All of this adds up to non-oligarchs paying for the misdeeds of oligarchs. The Greek government is falling short on a June payment, refusing to squeeze poor people further; seen by filtered media as a maneuver to placate left wing opposition. Have people writing like that ever considered placating an empty stomach?

How about confiscating a high percentage of oligarch bank accounts, cutting Greek military expenses by a third, or a half after doing what Russia and China did in the mid-90s, quickly solving problems with Turkey? How about the churches practicing their Christianity, following Jesus in his admonition to the rich to give it to the poor? How about having an international conscience tribunal–based on a Greek national commission–getting deeply into the legality of the few hundreds or thousands contracting debts to be paid by the innocent millions under the pretext that the sovereign state serve as a mechanism for transferring the debt burden from rich to poor? At some point some Greeks have signed for some credit benefiting the few–how about making them pay? Or at least making the point clearly?

They have a word for what they do: Rule of Law. The argument is that the debts, the debits, were contracted legally. True. The argument is that Greece, being a democracy, can decide within the Rule of Law how to repay the debt. Legally true. But morally, ethically politically? And what does it tell us about Rule of Law? Rule of Lawyers, rather? Rule of the best paid lawyers?

Grexit is on the horizon, by push and/or pull. The Eurasian Economic Community with Chinese money flowing to Greece through the shared Orthodox Christian solidarity with Russia is on the horizon. So are the obvious counter-measures–a repetition of the CIA 1967 coup in Athens, or the 1944 English invasion of Greece–to prevent Greece from curtailing the military, thereby de facto leaving NATO. Russia holds many cards in this imbroglio, stupidly excluded from the obvious body for solutions, G8 that became G7 because of what the Russians did to Crimea–so similar to what the Albanians did to Kosova.

There are other possibilities: slowing down the repayment, lowering the rates, forgiving some parts. Nevertheless, the creditors think they cannot afford it, being themselves in dire straits.

The media should show us the gap between an average Greek oligarch and an average Greek jobless youth, seeking comfort from unemployed parents living with the grandparent with pensions cut. More than ever the old rule holds: do not listen to economists talking about GNP growth–high or low, positive or negative–unable to produce the figures for equality growth–high or low, positive or negative. They are now tasting their own recipe for “development”: low growth with negative equality growth. Any learning process?

So, what do the media write, talk, show? FIFA and a Swiss macho paying the US Afghanistan game of resigning with honor, knowing you are done for, but have a surge, be re-elected first, then withdraw. The stuff belongs to the Sports pages–for long no longer about sports but about finance, anyhow. Hence, next to the finance pages, and next to obituaries–for sports. Only useful as news if the morale of the story is visible: what capitalism, investment, buying and selling players, paying for cheating has done to sports, it may also do to science and universities, investing in brilliance, buying and selling, paying for cheating to be on top of academic excellence. Or has done to art, investing in paintings. And societas, investing in them, like Germany in Greece, pushing Germany up and GIPSI down. Or out, Grexit.

There was a thwarted effort to let Africa be developed Africans, by Gaddafi and many others, from the bottom. Greek politics will sooner or later be focused on having Greeks develop Greece, from the bottom. There will be efforts to reconquer football, for fun, being its own reward; from the bottom. Boys, and now also girls, finding a ball and some little field. And to reconquer arts from the greedy claws of the market; l’art pour l’art; le sport pour le sport.

Like reconquering New Orleans by direct food marketing from producers to consumers (The Nation, 23/30-03-15). So will the others. And maybe with some Orthodox Christian optimism, not sado-masochism.

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 09:52

Bouteflika et la France"


Abdelaziz Boutéflika, Juillet 1973, Paris. © Jacques Violet/Archives J.A.

De tous les présidents algériens, il est le seul à avoir entretenu des liens aussi durables et étroits avec l'ancienne puissance coloniale. Enquête sur une amitié vieille de cinquante ans. Avec ses hauts et ses bas.

Au palais d’El-Mouradia, sur les hauteurs d’Alger, ou dans la résidence médicalisée de Zeralda, sur le littoral ouest, Abdelaziz Bouteflika accueille souvent chefs d’État, Premiers ministres ou ministres français par un retentissant : « Je suis français ! » Boutade, allusion à une époque lointaine où les Algériens étaient considérés comme des « sujets français », ou volonté de mettre à l’aise ses invités, toujours est-il que cette formule ne manque jamais de faire mouche auprès de ses interlocuteurs. Bouteflika le Français ? Dite de façon aussi abrupte, l’expression peut choquer les Algériens, d’autant que, cinquante-trois ans après l’indépendance, les relations entre leur pays et l’ancienne puissance coloniale sont toujours aussi passionnelles.

Des liens longs et étroits avec la France

Il est en tout cas un fait : aucun des prédécesseurs d’Abdelaziz Bouteflika n’a entretenu des liens aussi longs et étroits avec la France. Au cours de ses trois premiers mandats, il s’est rendu sept fois en France pour des visites officielles et a reçu trois présidents. Ministre ou président, Bouteflika, 78 ans aujourd’hui, aura travaillé avec Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Aucun chef d’État africain ou arabe encore en exercice ne peut en dire autant.

En privé comme en public, Bouteflika ne cache pas son admiration pour de Gaulle, cite volontiers Pierre Mendès France, se compare parfois à Napoléon – il dira un jour qu’il mesure 3 cm de plus que l’empereur -, et se montre incollable sur l’histoire de France et les classiques de la littérature française. « Il raconte ses souvenirs, dresse les portraits des chefs d’État et ministres qu’il a croisés durant sa longue carrière, se souvient un ambassadeur qui fit un passage à Alger. Il dit souvent que les Algériens sont plus proches de la France que du Maroc. Je crois qu’il cultive une sorte de fascination pour la France. »

Années 1960 : une histoire commence

Bouteflika et la France, c’est une histoire qui commence au début des années 1960. Chef de la diplomatie à 26 ans, le futur président conduira, sous Ben Bella, puis sous Houari Boumédiène, la politique étrangère d’un pays qui connaît alors un rayonnement international exceptionnel. Accords commerciaux, contentieux financiers, libre circulation des biens et des personnes, pétrole et gaz, ou encore affaire du Sahara occidental, Bouteflika devient un habitué de l’Élysée, de Matignon ou du Quai d’Orsay. Moustache et rouflaquettes, costumes trois pièces achetés chez les plus grands couturiers de Paris, le sémillant ministre aux yeux verts est un bon client des médias. De Gaulle disait du bien de lui, Pompidou le tenait pour un habile négociateur et Giscard le trouvait entreprenant et adroit.

Si Bouteflika a bonne presse aux yeux des Français, il n’en va pas de même auprès de certains de ses anciens collègues, il est vrai aujourd’hui recalés par le système. Belaïd Abdesselam, ministre de l’Énergie et de l’Industrie entre 1965 et 1977, tenu pour être l’un des architectes de la nationalisation des hydrocarbures en février 1971, n’a ainsi pas hésité à le traiter d’« agent de la France ». Sid Ahmed Ghozali, directeur général de Sonatrach de 1966 à 1979, n’est pas plus tendre. « Bouteflika a agi contre la nationalisation des hydrocarbures et contre celles qui l’ont précédée, celles des mines et des biens vacants », confie-t-il un jour. Abdesselam raconte même que, à l’été 1978, après avoir été reçu deux fois de suite par le président français, Bouteflika a été vertement apostrophé par Boumédiène : « Enfin, es-tu le ministre des Affaires étrangères de Giscard ou le mien ? » Ambiance…


Avec François Mitterrand, le 26 février 1976, à l'hôtel Aurassi, à Alger. © Richard Melloul/SYGMA/CORBIS

A partir de 1978 : une autre histoire commence, plus privée

La première histoire avec la France officielle s’arrête à la mort de Boumédiène, en décembre 1978. Une autre commence, plutôt privée celle-là. Chadli Bendjedid élu président, Bouteflika perd son portefeuille de ministre des Affaires étrangères pour un obscur poste de conseiller à la présidence. Dans son bureau d’El-Mouradia, il passe son temps à lire la presse et à refaire le monde avec ses rares visiteurs. Dépité, celui qui se considérait comme le successeur putatif de Boumédiène s’exile volontairement dès la fin de 1981. C’est le début de ce qui est communément appelé sa « traversée du désert ».

Bouteflika s’installe à Paris, où il partage son quotidien entre un appartement au Trocadéro, à deux pas de la tour Eiffel, et un autre pied-à-terre, toujours dans le 16e arrondissement. Le premier est mis à sa disposition par son ami et homme d’affaires Ahmed Koudjeti, le second lui aurait été prêté par un dignitaire du Golfe. Son frère cadet, Saïd, aujourd’hui conseiller spécial à la présidence, le rejoindra pour y préparer une thèse de doctorat. « Bouteflika ne menait pas grand train, se souvient une de ses connaissances, qui le recevait souvent dans ses bureaux parisiens. Il n’était pas non plus dans la misère. Très discret, il restera à Paris jusqu’en 1987. » Mais, goûtant peu la grisaille de la capitale parisienne, l’homme, dont on dit qu’il ne supporte pas le froid, effectuera pendant ces années d’exil de longs séjours à Genève et aux Émirats.

1999 : l’histoire officielle reprend

L’histoire avec la France officielle reprend son cours en 1999. Mais elle commence mal. Le 16 avril, au lendemain de l’élection de Bouteflika à la présidence, le gouvernement socialiste de Lionel Jospin déclare que la France est « préoccupée » par les circonstances dans lesquelles le scrutin s’est déroulé. Il est vrai que, la veille du vote, six candidats s’étaient retirés, laissant ainsi Bouteflika seul en lice. Vexé, le nouveau président algérien ne mâche pas ses mots devant les journalistes : « Je voudrais dire au Quai d’Orsay de se préoccuper un peu moins des affaires de l’Algérie. Cette forme de tutelle, cette forme de protectorat, cette forme de souveraineté limitée sont absolument inacceptables. »

On craint le début d’une guerre froide entre les deux pays, mais on assistera, au contraire, à un spectaculaire réchauffement. Quelques mois après son coup de sang contre le Quai d’Orsay, Bouteflika est invité par le président Jacques Chirac. « Sa première visite officielle à l’étranger, il l’a réservée à la France, explique l’ancien ministre Abdelaziz Rahabi. Alors qu’il est de tradition que celle-ci soit réservée au voisin tunisien. » C’était en juin 2000.

Discours à l’Assemblée nationale – une première pour un président algérien -, dîner à l’Élysée, rencontre avec des hommes d’affaires, visite au Mémorial de Verdun pour rendre hommage aux soldats algériens morts pendant la Première Guerre mondiale… On lui déroule le tapis rouge. « Pour Bouteflika, analyse un de ses anciens ministres, ce voyage a un goût exquis de revanche, lui qui estime avoir été injustement écarté du pouvoir à la mort de Boumédiène, puis traîné de façon tout aussi injuste devant la Cour des comptes, est reçu comme aucun de ses prédécesseurs ne l’a jamais été. »


Au Mémorial de Verdun, le 16 juin 2000. Après s'être recueilli sur les tombes des Algériens morts pour la France, Bouteflika n'hésitera pas à se coiffer d'un casque de poilu. © Franck Fife/SIPA Press

C’est qu’entre Bouteflika et Chirac – ce dernier est de cinq ans son aîné – l’entente est presque parfaite. « Les deux hommes s’apprécient réellement, avance un diplomate français. Entre eux, il y a de l’empathie, de la complicité, un goût partagé pour la politique étrangère et peut-être une compréhension partagée des enjeux internationaux. » Que l’ancien président français ait effectué son service militaire dans la région de Tlemcen, si chère à Bouteflika, durant la guerre d’Algérie – le lieutenant Chirac avait été blessé au visage – n’est sans doute pas étranger à cette lune de miel.

Deux exemples illustrent cette idylle. D’abord, le voyage de Chirac en Algérie, en mars 2003, où il a eu droit à un accueil en grande pompe et aux bains de foule qu’il affectionne tant. Ensuite, la reprise, en juin de la même année, des dessertes d’Air France. Huit ans et demi après le détournement par les Groupes islamiques armés (GIA) d’un Airbus reliant Alger et Paris, la compagnie française est de retour. Autre signe de cette amitié : Chirac dépêchera, en novembre 2005, un avion à Alger pour permettre le transfèrement de Bouteflika à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce pour y être opéré d’un ulcère hémorragique.

Après la lune de miel, distensions avec Chirac sur la fin de son mandat

Seulement voilà, deux ans avant la fin du second mandat de Chirac, un grain de sable vient tout gâcher. En février 2005, les députés français adoptent une loi vantant le rôle positif de la colonisation. Scandale et levée de boucliers à Alger. « Bouteflika a été peiné par cet épisode, d’autant qu’il est survenu sous la présidence de son ami Chirac », souligne un diplomate qui a croisé le raïs algérien à maintes reprises.

Réponse du berger à la bergère : El-Mouradia accuse la France de « génocide contre l’identité algérienne » et demande des excuses officielles pour les crimes commis durant la colonisation. L’article de loi incriminé sera certes supprimé à la demande de Chirac un an plus tard, mais le mal est fait. Rien ne sera plus comme avant. « Les Algériens, notamment Bouteflika, ont été déçus par la fin du quinquennat de Jacques Chirac, commente ce même diplomate. Alors ils ont tout misé sur Nicolas Sarkozy. Direct, énergique, pas marqué par la guerre d’Algérie, qu’il n’a pas vécue, il est à même de remettre les compteurs à zéro. »


Avec Jacques Chirac, le 4 juin 2003, à l'Elysée. © Daniel Janin/AFP

2007 : Avec Sarkozy, tout commence bien

Le président algérien apprécie celui qui succède à Chirac en 2007. Une année plus tôt, alors qu’il était encore ministre de l’Intérieur, Sarkozy avait été reçu pendant quatre heures à El-Mouradia. Un adoubement ? Presque. Au sortir du déjeuner, Bouteflika déclare devant son hôte, après accolades et embrassades : « Entre l’Algérie et la France, nous sommes condamnés à avoir un avenir commun. » Sarkozy réplique, tout sucre tout miel : « L’expérience du président Bouteflika, les avis et les conseils qu’il peut donner à ses amis comptent aussi. »

Oubliée, la déception provoquée par la fin du mandat de Chirac ? Avec son successeur, on croit à une refondation des relations. Et, comme avec Chirac, tout commence bien. Huit mois après son élection, Sarkozy effectue une visite d’État en Algérie. Qu’importe si Bouteflika refuse que le chanteur Enrico Macias, natif de Constantine, fasse le voyage présidentiel pour revoir sa terre natale, le business ne s’accommode pas de sentiments. Alstom, Total, Gaz Total, le voyage se solde par la signature de 5 milliards de dollars de contrats.

Crise diplomatique en août 2008

Le séjour de deux jours à Alger, en juin 2008, du Premier ministre François Fillon achève de sceller ce partenariat d’exception. Mais patatras ! Le 14 août 2008, Mohamed Ziane Hassani, directeur du protocole au ministère algérien des Affaires étrangères, est arrêté à Marseille et transféré au palais de justice de Paris. Les juges français le soupçonnent d’être le commanditaire de l’assassinat, en avril 1987, à Paris, de l’opposant franco-algérien Ali Mecili. Nouvelle crise, grave celle-là. Les Algériens sont ulcérés.

Si Bouteflika n’a jamais évoqué le sujet devant ses hôtes français, certains membres de son gouvernement ne s’en privent pas. « C’est scandaleux d’arrêter un diplomate qui bénéficie de l’immunité diplomatique », peste un ministre devant un représentant de l’ambassade de France à Alger. « C’est une erreur, une méprise, s’indigne un autre. Il est innocent et doit donc être libéré sur-le-champ. » Le maintien en détention du directeur du protocole prolonge la brouille. « À chaque occasion, les Algériens nous mettaient la pression en remettant sans cesse sur la table des discussions la libération de Hassani, se rappelle un diplomate du Quai d’Orsay. Nous avions beau expliquer que les juges français étaient indépendants, rien n’y a fait. » Alors, pendant presque deux ans, il n’est plus question pour Bouteflika et son gouvernement de recevoir quelque responsable français que ce soit. Un ambassadeur évoque volontiers une « période de glaciation ».

Pour briser la glace, Sarkozy charge Claude Guéant, secrétaire général de l’Élysée, et Jean-David Levitte, conseiller diplomatique, de se rendre à Alger en février 2010. « On y va pour débloquer la situation », dit Guéant. Mais l’entreprise faillit capoter. La veille du voyage, Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, donne un entretien au Journal du dimanche. À la question « quand va-t-on se retrouver avec l’Algérie ? », Kouchner répond : « La génération de l’indépendance algérienne est encore au pouvoir. Après elle, ce sera peut-être plus simple. »

Des relations empoisonnées

Quand Guéant découvre l’entretien, il s’étrangle de colère. Les Algériens, eux, sont encore plus furieux. Conséquence : toutes les demandes de Bernard Kouchner pour se rendre en Algérie sont bloquées. Il faudra une seconde visite de Claude Guéant, cinq mois plus tard, pour détendre un peu l’atmosphère. Le secrétaire général de l’Élysée invite même le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, à se rendre en France. « Pourquoi pas », répond l’intéressé. Qui ne donnera jamais suite. En revanche, il reçoit Jean-Pierre Raffarin.

Bourgeois madré, cet ancien Premier ministre sous Chirac est l’envoyé spécial de Nicolas Sarkozy pour les relations économiques entre les deux pays. Sa mission ? Normaliser, encore et toujours, des relations empoisonnées. Bouteflika fait un geste en demandant au président de l’Assemblée, Abdelaziz Ziari, de bloquer le projet de loi, déposé en février 2009 par 130 députés, portant sur la criminalisation du colonialisme. « Il m’a expliqué que le timing et la conjoncture ne permettaient pas de faire passer ce dossier, se souvient Ziari. Au vu des intérêts en jeu, on ne pouvait s’offrir le luxe d’ouvrir un autre front avec Paris. » Las, cette concession n’aura pas contribué au réchauffement escompté.


Avec Nicolas Sarkozy, le 27 mai 2011, à Deauville, lors du sommet du G8. © Yann Langsdon/EPA/CORBIS

Le président algérien est profondément déçu par son homologue français, confie une source proche du Quai d’Orsay. « Il appréciait bien Nicolas Sarkozy, disait même du bien de lui, mais il s’est montré extrêmement critique quant à ses cinq années à l’Élysée. Bouteflika considère qu’elles ont été dures, que c’était un gâchis. Il a égrené tous les malentendus avec le président français, notamment son discours de Constantine sur la colonisation. Et souligne que, “sur la colonisation, je n’ai rien demandé. C’est Sarkozy qui a mis le sujet sur la table”. Bouteflika épingle également la politique marocaine du chef de l’État français,
estimant que, durant les cinq dernières années, la France ne s’était jamais montrée aussi promarocaine. »

Et les reproches ne s’arrêtent pas là. Quand Sarkozy organise le sommet du G20 à Nice, en novembre 2011, il ignore superbement le président algérien. « Il a appelé tous les chefs d’État, mais n’a pas donné le moindre coup de fil à Bouteflika, confie l’un de ses visiteurs. Il ne l’a même pas consulté lors de l’éclatement de la crise financière internationale, en 2008. »

Dernier impair : à la veille du premier tour de la présidentielle française de 2012, André Parrant, conseiller de Nicolas Sarkozy pour les affaires africaines, est nommé ambassadeur à Alger. Paris insiste même pour qu’il prenne ses fonctions avant le second tour. Bouteflika ne goûte guère ce manque de tact diplomatique. Résultat : le président algérien refuse de recevoir Parrant, qui devra attendre l’élection de François Hollande pour remettre ses lettres de créance et être ainsi accrédité. Mais il fera long feu à Alger, où il restera en poste moins d’une année et demie. Trois ans et demi de moins que son prédécesseur.

De meilleurs auspices sous François Hollande

Le chemin de l’Élysée passe par Alger, avance un fin connaisseur du système algérien. François Hollande, comme Sarkozy avant lui, l’a compris. Avant de briguer la magistrature suprême, l’ancien premier secrétaire du Parti socialiste, qui a fait un stage à l’ENA d’Alger en 1978, a été reçu par deux présidents algériens. Bouteflika, en juillet 2006, pour une entrevue de trois heures. Puis Ahmed Ben Bella, en décembre 2010. Cette fois-là, Bouteflika n’a pas voulu s’entretenir avec le futur président pour ne pas fâcher Sarkozy. « Rassurez-vous, monsieur Hollande, je porte toujours bonheur à ceux qui viennent me rendre visite », lui dira quand même Ben Bella.

À l’évidence, Hollande entretient de très bonnes relations avec Bouteflika. L’accueil qui lui a été réservé lors de sa visite d’État en 2012, son bain de foule à Alger et sa virée à Tlemcen ont gommé les mauvais souvenirs laissés par Sarkozy. Son discours devant le Parlement algérien dans lequel il dénonce une « colonisation brutale » a satisfait les Algériens, si bien qu’ils ont mis une sourdine à leur demande d’excuses officielles pour les crimes coloniaux. Pour Hollande, Bouteflika est un bon allié. « À la demande de la France, le président algérien a effacé, en 2013, la dette de quatorze pays africains, qui s’élevait à 902 millions de dollars, rappelle Rahabi. L’autorisation de survol de l’espace aérien algérien par des Rafale français lors de l’intervention au Mali, c’est encore lui qui l’a donnée, sans consulter l’armée. »


Recevant François Hollande (à g.) dans la résidence médicalisée de Zeralda,le 19 décembre 2012. © Denis Allard/AFP

La santé des chefs d’État algériens est un sujet sensible. Elle ne relève pas uniquement de la médecine mais obéit aussi à des considérations géopolitiques. Atteint de la maladie de Waldenström, Houari Boumédiène avait ainsi préféré se faire soigner en URSS. « Faites-moi des propositions en excluant au préalable la France pour de multiples raisons », dit-il, en septembre 1978, à Taleb Ibrahimi et à Bouteflika. Chadli Bendjedid, lui, optera pour la Belgique, même s’il était un bon client d’une clinique huppée de Neuilly. Pour traiter ses problèmes de vue ou se faire opérer du pied, Liamine Zéroual privilégiera l’Espagne.

Quant à Bouteflika, il a choisi de s’en remettre à des médecins français, notamment au cardiologue Jacques Monségu. Depuis son ulcère hémorragique, en 2005, il séjourne régulièrement au Val-de-Grâce pour des soins ou des contrôles. Victime d’un AVC en 2013, il y retourne, avant d’être admis pour une longue convalescence à l’Hôtel des Invalides, où les travaux d’aménagement et de sécurisation, qui ont coûté plusieurs milliers d’euros, ont été pris en charge par la présidence algérienne. C’est dans l’ancienne apothicairerie des Invalides que Bouteflika reçoit en audience, le 12 juin 2013, son Premier ministre et son vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée. Au-dessous du portrait officiel du président de la République française.

Comment « Le Figaro » a failli devenir algérien

Le 2 avril 1974, Georges Pompidou décède à Paris des suites de la maladie de Waldenström. Le même jour, à Alger, Houari Boumédiène charge deux de ses ministres de se rendre à l’ambassade de France pour signer le registre de condoléances. Il fait alors cette confidence à Ahmed Taleb Ibrahimi, ministre de l’Information et de la Culture. Deux ans avant sa disparition, le président français avait adressé un message à son homologue algérien dans lequel il lui proposait de racheter Le Figaro, quotidien gaulliste fondé en 1826.

« Je vous informe que le quotidien Le Figaro, écrit-il, en butte à des difficultés financières, est mis en vente. L’Algérie, seule ou en association avec un autre pays arabe, pourrait le racheter par personne interposée et disposer ainsi d’un puissant moyen pour défendre ses thèses face aux attaques de certains médias français dont vous vous plaignez. » À l’époque, Boumédiène n’avait pas jugé opportun de donner suite à cette étonnante proposition. Plus tard, dira Taleb Ibrahimi, il a regretté de ne pas avoir prêté l’attention requise à cette proposition. Le Figaro sera finalement racheté en 1975 par le magnat de la presse Robert Hersant, avant de tomber en 2004 dans l’escarcelle de l’homme d’affaires Serge Dassault.

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 09:49

L'Algérie n'a pas succombé aux clins d'œil de l'Organisation internationale de la francophonie, mais le français y est bel et bien une seconde langue officielle.

Sans avoir le moindre statut juridique, il est la langue d'une partie non négligeable de l'administration, de l'enseignement, des médias et du secteur économique et financier. Les médias gouvernementaux francophones s'adressent à un public autochtone, auquel ils supposent une compétence linguistique en langue française comparable à celle des francophones natifs.

Le français est enfin — et ce n'est pas peu — la langue dans laquelle est rédigée une partie des lois, ordonnances et autres décrets avant d'être traduits vers l'arabe. Il n'est pas exclu que la loi 91-05 du 16 janvier 1991 «portant généralisation de l'utilisation de la langue arabe» ait été écrite initialement en «langue étrangère» !

L'arabe dit fusha, dans ses variantes classique et moderne, connaît, quant à lui, une diffusion sans commune mesure avec sa situation dans les années 1960, lorsqu'il n'était connu que d'une élite minuscule de «lettrés».

Il est aujourd'hui la langue exclusive de l'enseignement général ainsi que d'une grande partie des filières universitaires. La popularité des médias arabophones, qu'ils soient locaux ou étrangers, témoigne de sa bonne fortune. Cette popularité est la preuve qu'il n'est pas la «langue morte» que certains ne cessent de moquer, quitte à se faire, à leur corps défendant ou presque, les défenseurs de la daridja, l'arabe dialectal.

Il est nécessaire d'ouvrir ici une petite parenthèse. Les discours sur la marginalisation de la daridja sont pour le moins excessifs. Bien qu'elle ne soit malheureusement considérée comme une véritable langue que par les linguistes, pas même par ses propres locuteurs, elle est employée (sous des formes rappelant l'«Educated Spooken Arabic» des plateaux des télévisions satellitaires) dans les émissions radiotélévisées, l'internet, le théâtre, le cinéma, la chanson, les dessins de presse, la littérature écrite, les débats politiques, les audiences des tribunaux, les contacts avec l'administration...

Elle a même brisé le tabou de la graphie : elle est une langue écrite dans la publicité, où l'on pourrait facilement croire qu'elle est en voie de supplanter le fusha. La politique d'arabisation ambitionnait, dans les années 1970 et 1980, de substituer le fusha au français, mais on ne peut affirmer sérieusement qu'elle visait à le substituer à la daridja. Le principal artisan de cette politique, le président Houari Boumediène, s'exprimait, sans complexe aucun, en langue dialectale.

La panne de la traduction

Ce bilinguisme officieux arabo-français(1) donne lieu à des contacts culturels avec le Proche-Orient, qui continuent une tradition millénaire, ainsi qu'à des rapports culturels suivis avec la France. Il n'en résulte pas, cependant, en Algérie même, de contacts réels entre les intelligentsias arabisante et francisante, enfermées chacune dans sa citadelle prétendument assiégée. Le caractère négligeable de leurs contacts se voit d'emblée à leur monolinguisme.

Les rares intellectuels bilingues (universitaires, traducteurs, etc.) font figure de dérisoires passerelles entre deux univers parallèles. Peu d'intellectuels francisants maîtrisent le fusha, absurdement qualifié de «langue difficile». Peu de créateurs de culture arabe sont aussi francophones, alors que la grande diffusion du français dans le pays rend relativement aisé son apprentissage.

Les créateurs d'expression française ont plus de liens avec leurs pairs français qu'avec les créateurs d'expression arabe, tandis que ces derniers sont souvent plus en relation avec les cercles culturels cairotes ou beyrouthins qu'avec leurs concitoyens francisants. Il est des domaines artistiques où l'arabe est pratiquement proscrit : la majorité des artistes-peintres sont de culture francophone et, aux Beaux-Arts, le français est l'unique langue d'enseignement et de travail.

L'Union des écrivains est, elle, un club quasi-exclusivement arabisant depuis qu'elle a été «refondée», en 1974, pour être transformée en antenne du parti unique FLN.

Cette division linguistique de la vie culturelle prolonge le partage des différents domaines de la vie publique entre arabisants et francisants. Aux premiers, l'éducation nationale, une partie de l'administration et des médias (notamment les mass-médias), etc. Aux seconds, l'enseignement scientifique, l'économie, les finances, en plus de quelques influents médias (dont des médias gouvernementaux)...

L'école aurait pu être le creuset d'une génération peu influencée par les rancœurs linguistiques des aînés. Malheureusement, en matière de formation bilingue, elle connaît moins de succès que l'école franco-musulmane de l'époque coloniale. L'enseignement des langues étrangères ne laisse pas moins à désirer que celui de l'arabe.

Formés en arabe, les étudiants en sciences sont appelés, dès leur accès à l'université, à se «refranciser» dans les pires conditions pédagogiques.

En effet, dans l'éducation nationale, l'enseignement des matières scientifiques, jadis plus ou moins bilingue (on se souvient des cours de «terminologie»), se fait exclusivement en arabe (ce qui n'est pas le cas en Tunisie, réputée, pourtant, plus «arabisée»).

Le cloisonnement entre les intelligentsias francisante et arabisante n'est pas rompu par un véritable mouvement de traduction. Le vœu formé en 1968 par Mostefa Lacheraf d'«un double effort de traduction allant du français à l'arabe et vice-versa»(2) est resté un vœu pieux. La traduction littéraire demeure une activité marginale.

Hormis les «pionniers» (Kateb Yacine, Mohamed Dib…) dont les premières œuvres ont été traduites à l'initiative d'éditeurs proche-orientaux, peu d'auteurs d'expression française sont présentés au lectorat arabophone algérien. De même, peu d'écrivains d'expression arabe sont traduits vers le français et, quand ils le sont, rien n'indique qu'ils peuvent conquérir un lectorat francophone dans leur propre pays autrement qu'en se reconvertissant linguistiquement, dans le sillage d'Amine Zaoui.

Un mur de peurs

Le monolinguisme des élites algériennes est emblématique de la hauteur du mur de peurs et d'incompréhension qui les sépare et qui, paradoxalement, n'était pas aussi infranchissable à l'époque coloniale, quand même les intellectuels oulémas pouvaient être parfaitement bilingues (Lamine Lamoudi...) et éditer des journaux en français (La Défense, Le Jeune musulman...).

L'intelligentsia francisante traditionnelle craint une arabisation religieuse qui enterrerait, sous les décombres d'une nouvelle conquête, le patrimoine culturel francophone, associé à la démocratie la plus parfaite et à la modernité la plus pure. Une partie de cette intelligentsia a tendance à confondre l'arabe fusha avec la langue des fulminations salafistes.

Pourtant, nul n'ignore que tout au long de sa longue histoire, l'arabe a été approprié aussi bien par des faqih rigoristes que par de courageux libres-penseurs, voire par des poètes libertins à l'image d'Abou Nouwas. S'il avait été un «idiome sacré», aurait-il pu transmettre le patrimoine philosophique grec à l'Europe occidentale ?

A défaut de pouvoir les nier, certains intellectuels francophones minimisent les liens entre l'Algérie et le Proche-Orient arabe, se faisant les chantres d'une «méditerranéité» vaporeuse — les populations des Hauts-Plateaux, des oasis et du Grand-Sud se sentent-elles «méditerranéennes» ? Ils rejettent la culture arabe savante sous prétexte de défense du «patrimoine populaire».

Il semble pourtant établi que les recherches sur ce patrimoine soient essentiellement le fait d'universitaires arabisants. L'exaltation de la «méditerranéité» exprime la crainte de voir l'Algérie se dissoudre dans un grand ensemble arabe, le Proche-Orient étant perçu comme un danger pour son «authenticité» arabo-berbère.

Or, si l'Etat rechigne toujours à donner aux langues berbères les moyens de se développer, ce n'est pas à cause de pressions égyptiennes ou irakiennes, mais à cause d'une incurie bien locale.

En 1970, sous la férule du terrible baâth, le kurde a été reconnu en tant que langue officielle des provinces irakiennes kurdes. Chez nous, il a fallu attendre 2002 pour que le tamazight soit timidement élevé au statut — du reste tout formel — de langue nationale.

La dissolution de l'Algérie dans un ensemble arabe apparaît comme une perspective purement fictive pour deux raisons.

La première est que l'«union panarabe» n'a jamais été un souci sincère des dirigeants de la région arabe et, aujourd'hui, elle n'est même plus la revendication de peuples écrasés, qui ont compris que l'arabisme était une idéologie de pouvoir légitimant leur asservissement. La seconde raison est la force du nationalisme algérien, irrigué par une inépuisable épopée anticoloniale.

Contrairement à un mythe en vogue, notre pays n'a jamais été une sous-province égyptienne dirigée par Gamal Abdelnasser depuis Le Caire, pas même sous le règne du très arabiste Ahmed Ben Bella.

Et bien qu'entre 1967 et 1973, il se soit mobilisé militairement aux côtés de l'Egypte et de la Syrie par devoir de solidarité anti-impérialiste, il est resté très attaché, dans ses rapports au Monde arabe, à l'indépendance de sa décision.

L'intelligentsia arabisante traditionnelle, quant à elle, fait de l'arabe un objet monolithique ignorant la variation, un objet idéalement représenté par l'héritage de l'époque littéraire classique.

Ce faisant, elle offre des armes précieuses à ses adversaires, dont le dogme pseudo-linguistique réduit justement l'arabe à une «langue de la poésie», probablement belle et certainement inutile.

Elle nourrit une peur panique d'une refrancisation à rebours, qui anéantirait les acquis de l'arabe en Algérie. La diffusion de cette langue en un demi-siècle d'indépendance a pourtant atteint un niveau jamais égalé dans l'histoire maghrébine, qui rend l'idée de son extinction proprement inconcevable.

L'intelligentsia arabisante traditionnelle prétend que la francophonie algérienne — qu'elle perçoit, sans nuance, comme un bloc unique — est le cheval de Troie de la recolonisation. Même un anticolonialiste comme Kateb Yacine, pour avoir qualifié le français de «butin de guerre», ne trouve pas grâce à ses yeux. Pour être aimé d'elle, les auteurs francophones doivent se transformer en Malek Haddad et répéter sans arrêt que la langue française est leur «exil».

Malek Haddad serait ainsi l'unique patriote francophone et, pour les besoins de la cause, son «silence» littéraire est mythifié à l'extrême. Un examen attentif de son parcours montre, pourtant, tant de similitudes avec celui de Kateb Yacine : ne proclamait-il pas lui aussi que le français était devenu, pour sa génération, «un instrument redoutable de libération»(3) ? Un tel examen montre également, toutefois, que contrairement à Kateb Yacine, passé à l'arabe dialectal pour se rapprocher de son peuple, Malek Haddad n'a jamais recherché, lui, à atteindre «ce lecteur idéal (...) ce fellah aujourd'hui occupé à d'autres besognes»(4) Certes, après l'indépendance, il n'a plus publié de fictions en français, mais cette langue est restée son unique langue de travail, aussi bien dans la page culturelle d'An Nasr, alors francophone, que dans la non moins francophone revue Promesses.

Des langues-identités

L'Algérie ne déroge ainsi pas à la règle des rapports conflictuels entre les langues qui ont donné au vocabulaire de la sociolinguistique quelques termes franchement martiaux («guerre des langues», «conflit linguistique»...). C'est que, comme dans d'autres pays en crise, les langues sont les vecteurs d'identités jugées inconciliables voire ennemies : identité ethnique (berbère), ethnico-religieuse (arabo-musulmane), sociale (le français).

On est loin de l'identité comme construction permanente et encore plus loin de l'identité en tant que «foyer virtuel auquel il nous est indispensable de nous référer pour expliquer un certain nombre de choses, mais sans qu'il ait jamais d'existence réelle».(5)

Les identités revendiquées dans et par les langues sont d'autant plus figées qu'elles se sont construites contre des mouvements de minoration réels ou velléitaires. Minoration du berbère par l'arabe. Minoration — manquée — du français par l'arabe illustrée, au début des années 1990, par la tentative de lui substituer l'anglais dans le cycle primaire.

Enfin, minoration de l'arabe par le français sous la colonisation — et encore aujourd'hui, quand on sait que certains textes du Journal officiel sont d'abord rédigés en «langue étrangère». Il peut paraître étonnant de parler ici de minoration de l'arabe par le français mais la minoration d'une langue ne résulte pas seulement d'une attitude officielle. Elle peut résulter de «toutes sortes de ressorts économiques, sociaux, dans lesquels il faut inclure le poids de l'histoire», ressorts qui la cantonnent «dans une situation subalterne».(6)

La minoration insidieuse de l'arabe, langue officielle, par le français continue de nourrir le ressentiment culturel de larges secteurs de la population. Elle n'est pas complètement étrangère à la fortune relative que connaît l'islamisme, expression dévoyée de frustrations économiques, sociales et linguistiques. Fait significatif, elle se vérifie jusque dans les structures grammaticales de l'arabe employé par les médias algériens. Leur fusha, en effet, n'en est pas un ! Il est victime de l'adoption, par le biais de la traduction, de structures syntaxiques françaises et du recours débridé au calque sémantique qui fait que les néologismes ne sont intelligibles qu'en référence aux termes originaux dont ils sont censés rendre la signification. Il est amusant de voir les journaux qui prétendent porter haut le flambeau de l'«authenticité» s'écrire dans un arabe in-authentique, fruit hybride de la traduction littérale de la «langue du colonisateur».

La responsabilité des jeunes créateurs

Une politique linguistique sérieuse doit viser une promotion de l'arabe moderne qui soit guidée par la recherche de ses similitudes (lexicales, etc.) avec les parlers dialectaux, et ce, dans le souci de tenir compte, dans son enseignement, des acquis extrascolaires des élèves.

Les contenus des cours de langue et de littérature arabes doivent être prioritairement des contenus modernes et contemporains, au lieu d'être dominés, comme c'est actuellement le cas, par le corpus classique et pré-islamique. L'arabe doit absolument cesser d'être perçu comme la «langue du Coran».

S'il est une des six langues de l'ONU, c'est, en bonne partie, grâce à l'œuvre modernisatrice de nombre d'intellectuels de confession chrétienne. Une telle politique doit également viser le sauvetage et la promotion des langues berbères, les seules langues véritablement opprimées dans notre pays.

Leur enseignement est aujourd'hui artisanal, et le travail pour les codifier et les standardiser est mené de façon laborieuse et anarchique. S'il n'est pas encadré par des sociolinguistes compétents, il débouchera sur un désastre : la création en laboratoire d'un berbère standard désincarné, dans lequel aucune communauté berbérophone ne se reconnaîtrait.

Le statut du français doit être courageusement clarifié. Il peut être, par exemple, officiellement admis comme langue de l'enseignement scientifique à l'université pour éviter la cacophonie linguistique actuelle, préjudiciable à la qualité de la formation. Il ne sera plus alors perçu comme un instrument de dépersonnalisation post-coloniale, mais comme une langue étrangère privilégiée, utile voire indispensable.

Cependant, il ne peut y avoir de progrès vers la résolution de nos problèmes linguistiques sans évolution sensible des intelligentsias francisante et arabisante.

Au sein de ces intelligentsias, de jeunes créateurs œuvrent, sans prétention, dans le sens d'un syncrétisme linguistique et culturel original. L'arabe n'est pas, pour eux, cette langue guindée des imams incultes et des politiciens véreux mais une langue vivante, que les Algériens possèdent en partage avec le Proche-Orient.

A leurs yeux, pas plus que l'arabe n'est la «langue du Coran», le français n'est la «langue du colonisateur». Ils le métissent et le créolisent, inaugurant un processus d'appropriation de cette langue qui, un jour peut-être, donnera quelque réalité autonome à la francophonie algérienne. Grâce à eux, les parlers dialectaux s'insinuent dans l'univers clos des deux langues «prestigieuses», l'arabe et le français. Ils assument, en un mot, la féconde hybridité de la culture algérienne.

Ces créateurs décomplexés constituent probablement la majorité au sein des élites culturelles et littéraires mais ils n'y ont pas encore l'hégémonie symbolique. Leur voix reste inaudible, ou pis, ils préfèrent ne pas intervenir dans les polémiques linguistico-culturelles qui agitent l'Algérie à intervalles réguliers. Leur intervention serait pourtant salutaire afin de mettre fin ces hystéries identitaires qui ne font que renforcer les réactionnaires de tous bords.

Y. Temlali

Notes

1) Pour éviter toute confusion, précisons que nous parlons ici des langues en usage dans les différents domaines de la vie publique (économie, administration, école, enseignement supérieur), d'où les langues berbères sont rigoureusement exclues.
2) Mostefa Lacheraf, La Culture algérienne contemporaine (Editions du Parti, Alger, 1968)
3) La revue Confluent (n°47, janvier-mars 1965, p. 98)
4) Ibidem.
5) Claude Lévi-Strauss, dir., L'Identité (Paris, PUF, coll. Quadrige 2e édition, 1987)
6) Jean-Baptiste Marcellesi, De la crise de la linguistique à la linguistique de la crise : la sociolinguistique (Paris, La Pensée, n° 209, Institut de recherches marxistes, 1980 : 15. pp. 4-21)

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Analyse
commenter cet article

Présentation

  • : Blog de Kamal Guerroua
  •  Blog de Kamal Guerroua
  • : Blog ayant pour intérêt la préparation au changement en Algérie
  • Contact

Recherche

Liens