Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 10:50
La couverture du livre "Hymne à l'espérance".

La couverture du livre "Hymne à l'espérance".

   Le livre «Hymne à l'espérance» que vient de publier le chroniqueur Kamal Guerroua en ce mois de novembre aux éditions de L'Harmattan est, si l'on veut bien, un essai aux parfums poétiques aussi accrocheurs qu'inspirants. Par-delà la hantise de l'écriture et l'indémontable passion des vers qu'on ressent au fil des pages, l'auteur nous restitue aussi dans une prose raffinée, avec la même touche enfiévrée et «érudite» qui caractérise ses diverses chroniques dans la presse nationale, le condensé de ses révoltes intérieures, ses cris d'espoir pour des lendemains meilleurs, ses éloges des mots et de la littérature en général, ses rêves d'une Algérie nouvelle et prospère. Le tout ponctué par des petites histoires, des dictons du terroir, des souvenirs de son enfance tressés avec subtilité dans le flux à la fois émotionnel et subjectif de quelques rimes parachutées ça et là entre les vagues du temps. Ce mélange de genres semble même enivrer le chroniqueur qui s’est mis comme atteint d'un «vertige solaire», c'est d'ailleurs le titre de l'une des peintures de l’artiste toulousaine  Anne Munoz-Winther insérées dans l'ouvrage,  dans une quête quasi obsessionnelle de la beauté et du sens, à l’ombre, dans le giron des mots. A l'en croire, la poésie, c'est cette suprême sensibilité qui nous fait revenir en peu de mots, de façon claire et posée, sur ce qui fonde l'humain, ébranle ses passions et suscite l'élan de son cœur :

"J’ai ramassé des miettes de silence/ dispersées entre des trombes et des ombres/ Mes poèmes chantent dans un cœur transpercé/le visage d’un pays chéri/ cette Algérie à la mine défaite".

"Dites-nous, écrit le Portugais Cruzeiro Seixas, ce que c'est qu'un poème, qu'est-ce que c'est que la main de l'homme qui l'écrit, comment s'appelle l'endroit où l'homme, le poète  s'enracine?". C'est cette interrogation-là, combien anodine, qui remonte des profondeurs de l'hymne de l'auteur. Celui-ci est allé même «fouiner» chez Federico García Lorca, Kateb Yacine, Jean Amrouche, Boris Vian, etc, pour trouver la quintessence de cette sensibilité frôlant la révolte qui loge dans ses tripes.

 

   "A l’écoute, dans le noir, de la voix à peine audible mais douce du père, de la mère ou des grands-parents, les enfants plongés dans le cours, combien ruisselant, de l’imaginaire voyaient vite s’irradier leurs visages par la lumière fragile des bougies. On leur relatait, autour du «kanoun» (le brasier traditionnel), l'épopée mythique de l'Aguellid (roi) numide Jugurtha (160-104 av. J.-C) --ce «Yougar'ithen» (l'homme hors du commun)-- qui faisait des duels mortels avec les lions, effrayant, à la fois viril et courageux, ses admirateurs et ses ennemis».

Si l'encre de la plume est une drogue pour Kamal, la Kabylie semble lui être une hypnose perpétuelle incroyablement salvatrice. Ce flot erratique mais doux qui suit le jusant lunaire, cet aimant qui l'attire, fait valser son intimité, ses pensées, ses rêves, ses souvenirs.

"La Kabylie, est cet havre de lumière où chaque montagne est un temple de mémoire et d'identité, où chaque femme est un repère de souffrance et de résistance, où chaque homme est une légende d’histoire et d’héroïsme, où chaque voix est unique, chaque timbre particulier, vibrant, voilé, argenté."

Concis, dense, truculent et par endroits lyrique, l'ouvrage de Kamal Guerroua est une méditation grave et altière sur l'humain dans ce qu'il a de sensible, de fragile et de merveilleux.

M. Abdoune

Hymne à l'espérance, L'Harmattan, 112 pages, 13,5 euros

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Parution
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 10:22
Exil Nostalgie

Exil Nostalgie

      L’essayiste et chroniqueur Kamal Guerroua a publié en France chez les Editions Ressouvenances un recueil de textes puissants et de poèmes sur l’exil. La nostalgie est ce sentiment qui ronge tout être déraciné et ce lien invisible qui nous lie au pays.

    Profond par sa justesse et déchirant par sa sincère sobriété, ce court livre de Kamal Guerroua est illustré par les non moins touchantes peintures de Anne Munoz-Winther. Dans "Exil Nostalgie", le chroniqueur, qui croque habituellement l’actualité et le monde avec une plume tantôt froide et tantôt ravageuse, pose une douce plume sur les territoires de l'exil.

 

    L’ouvrage s’ouvre sur un titre un peu interrogateur :"L’exil pour destin". Dans ce court texte, l’auteur écrit que "le premier message d’un enfant recevant la lumière du monde est un cri de détresse car il vient de résilier un contrat avec son osmose originelle et a quitté son univers aquatique : le ventre de sa mère."… Kamal Guerroua situe en liminaire nos premiers déchirements à cet "arrachement" du ventre de la mère. Et conclut "qu’un fort désir de retourner à la mère-patrie habite chaque exilé". Le décor est planté et l’auteur de dérouler une série de chroniques et de poèmes autour de l’exil et de ce besoin irrépressible de retourner au pays.

"Je ne me souviens que de mes racines/ la chaleur maternelle/Les figuiers/Les cactus/Les oliviers/Les hameaux de Kabylie…"

     Il est manifeste que la question habite l’auteur, traverse en profondeur son quotidien et à travers lui de larges pans de ces hommes et femmes qui ont dû quitter le cocon familial et ancestral pour un ailleurs où la vie est censée être meilleure...

        Et qui dit exil, dit aussi intégration à une nouvelle société au sein de laquelle on s’installe, on travaille, on… vit. Devant l’incompréhension, voire le rejet que subit l’exilé, l’auteur se pose tas de questions parmi laquelle celle-ci, choisie d'ailleurs pour figurer en quatrième couverture  : "est-ce raisonnable en fin de compte de vouloir s’intégrer dans une société d’accueil pour s’y retrouver désintégrer ; absorbé ; oublié ; effacé ? Atroce dilemme suspendu au-dessus de la tête et la conscience de chaque immigré, chaque exilé… chaque réfugié".

 

   L'exil ne va inévitablement pas sans nostalgie. Cette blessure refoulée qui vrille les tripes et plonge l'exilé dans un passé magnifié, enjolivé duquel remonte l'enfance et le lait maternel. "La nostalgie ! ça grise ; ça excite les veines engivrées par le froid de l'exil ; ça remonte parfois aussi le moral..."

Ramassé et dense, "Exil nostalgie" explore l’indicible qui travaille tout être qui se retrouve dans cette condition peu enviable de déraciné ou d’exilé. Il y a dans l’écriture de l’auteur une émotivité profonde qui suggère qu’il cultive une proximité presque charnelle avec la thématique traitée.

Hamid Arab in le Matindz

"Exil Nostalgie" de Kamal Guerroua, publié par Ressouvenances. Prix : 12 euros. www.ressouvenances.fr

Repost 0
Published by Blog kamal guerroua - dans Parution
commenter cet article

Présentation

  • : Blog de Kamal Guerroua
  •  Blog de Kamal Guerroua
  • : Blog ayant pour intérêt la préparation au changement en Algérie
  • Contact

Recherche

Liens